Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

RETRAITES: A MORT LES VIEUX !

 La Cour des Comptes, suivie avec un empressement et un enthousiasme rafraîchissants par les actuels dirigeants du monde politico-économico-médiatique, vient de donner le la en matière de retraites et de retraités : ''Ils doivent participer à l'effort collectif de redressement''

LUMINEUSE REVELATION !

Chat alors !

Et pourquoi donc ?

On vous le donne Émile : Parce que le niveau moyen de leurs retraites est arrivé à égaler celui des salaires des actifs (C'est honteusement Byzance)et que leur patrimoine est bien plus important que celui desdits salariés.

On croit rêver !

Ces messieurs des comptes de l’État semblent ignorer que si le patrimoine des retraités est plus important en moyenne que celui des salariés c'est, le premier âne venu l'a compris, parce qu'ils ont travaillé et ÉCONOMISÉ durant plus de temps !

Lumineuse révélation non ?

Qu'ils connaissent fort bien ces braves gens.

On s'en doute vu que ces experts sont des personnes sensées et fort intelligentes n'est-il pas ?

Alors, pourquoi ?

Eh bien parce que, le premier...(bis repetita placent) et ces énormes spécialistes savent que nous sommes, nous, c'est-à-dire la démocratie, le Système, la civilisation (on appelle ça comme ça...) sommes au bout du rouleau.

PROFITER DE LA TERRE

Après les bagarres multi-millénaires entre dirigeants et dirigés, gros et petits, et puis, disons-le sans fard et sans gêne aucune, entre riches et pauvres, c'est les riches qui finalement sont en train de gagner la partie planétaire qui se joue autour du thème  suivant : QUI A LE DROIT DE PROFITER DE LA TERRE, DONC, DE LA COMMANDER ?

Et, tous les économistes nous le disent, soit en s'en désolant, soit en s'en réjouissant en faisant mine de le déplorer ou en s'en félicitant carrément, le processus est bien engagé depuis le début du siècle dernier mais, en particulier, depuis la fin de la seule puissance, du seul pays qui pouvait flanquer la trouille au capitalisme, du moins en apparence, l'URSS.

Depuis lors, le seul pays...disons ''prolétaire''restant, la Chine, a montré sa capacité à se convertir au fric sous le costume, hilarant, du communisme et du parti unique mais, en fait, en sur-développant dans des proportions pharaoniques ,les aptitudes commerciales locales caractérisant l'Empire du Milieu.

Dès lors, donc, la, voie, le boulevard, l'avenue est libre pour l'exploitation exponentielle de l'homme par l'homme, principe fondamental du capitalisme, le communisme, comme disait Coluche, étant le contraire.

On y est !

Nous voilà donc face à l'avènement d'un système...dénommé démocratique, dont les maître-mots seront, pour l'instant, liberté-égalité-fraternité, mais dont l'objectif est et restera, ad vitam aeternam, la rentabilité financière au profit d'une oligarchie déjà très présente, et ce au détriment de...populaces, terme peu usité par pudeur et savoir-vivre politiques, à qui seront...demandés, (imposés?) autant d'efforts qu'il sera nécessaire.pour satisfaire les appétits des nantis, jamais rassasiés faut-il le dire, vu qu'aujourd'hui les maîtres à penser visent toujours ''l'excellence'' jamais atteinte, en la matière.

Les moyens pour atteindre ces objectifs ?

Nous les connaissons tous, la mondialisation, l'européanisation, (CETA, TAFTA, entre autres), les concentrations, acquisitions, délocalisations, les effarants allègements fiscaux des multinationales, (exemple le fameux GAFAM, Google, Apple, Facebook,Amazon,Microsoft etc..sans oublier l'union récente et joyeuse de Bayer et Monsanto)transférant des dépenses des états et le poids des impôts sur les masses populaires (les retraités entre autres ...mort aux vieux ?) et engrangeant la plus grosse part de leurs profits au grand bénéfice de leurs oligarques.

On y est !

''Le meilleur des mondes'' et ''1984'' ne sont plus des ouvrages de science-fiction, nous y sommes,

DU PAIN ET DES JEUX

Mais ce n'est, encore, qu'un début.

Ce que nous vivons est pourtant perçu, plus ou moins confusément par nombre d'humains.

Nous le voyons bien au travers des révoltes, remue-ménage permanents et croissants, de foules qui remettent en question leurs dirigeants, car ils sont témoins, désormais, et victimes des agissements de ces derniers ou de certains d'entre eux, qui n'hésitent pas, sous couvert de ''légalité'' voire de ''morale'', aux limites artistiquement floues, à profiter du pouvoir et/ou de l'argent, pour en accumuler plus encore ,au détriment de ceux à qui il revient ou devrait revenir...démocratiquement...

...et ce, en profitant, au passage, des impôts des ''plus riches des pauvres'' ( habitude et performance historique), autrement dit des classes vaguement moyennes, qui sont les seules à pouvoir être tondues à répétition pour alimenter le tonneau étatique des Danaïdes, en donnant l'impression aux crève(la-faim, que ''on'' s'attaque aux riches pour donner aux pauvres.

Génial non?

Voili voilou.

Alors?

Que faire?

Réagir?

La Révolution ? Une révolution ?

Ah bon ?

Pour en revenir, puisque le processus est toujours le même, tristement humain, aux mêmes débordements quelques années plus tard ?

Très peu pour moi.

Contrairement à ce que nous serinent les grands penseurs : l'Histoire repasse toujours les mêmes plats.

Depuis Jules César, le monde connaît pourtant le principe de gouvernement : ''Ce qu'il faut au peuple c'est du pain et des jeux''.

Et Nicolas Machiavel a enfoncé le clou en rappelant que pour affermir son pouvoir, sur son pays et vis-à-vis des autres, le Prince doit savoir '''Être fort avec les faibles et faibles avec les forts''.

Et les vrais changements sont toujours remis aux calendes.

Et les hommes providentiels se font toujours attendre.

Il y en eut quelques uns...

ALORS ?

Alors (bis).

Pas moyen d'en sortir ?

Ben non.

Si vous êtes croyants, heureux êtes vous.

Le salut, individuel ou collectif, ce n'est pas ce système qui vous l'assurera.

Pour autant, ne désespérez pas.

Tous les septua ou octo, voire nonagénalires ou même ce qui ont bien compris le truc avant même ces âges-là, vous le dirons.

Le bonheur ne réside pas dans le matériel.

Les plus riches du cimetière n'ont rien emporté avec eux, sinon laissé le souvenir de, au mieux, simples ignorants et au pire, d'égoïstes, voire de menteurs, voleurs et même assassins car profiter de ses semblables n'est-ce pas les tuer, y compris à petit feu ?

Ben voyez déjà avec les retraités : en leur réduisant puis supprimant, petit à petit leurs moyens de...manger, de boire, de respirer, de se déplacer, de vivre en fait, n'est-ce pas contribuer un peu plus vite à leur disparition ?,

Ce serait intéressant de savoir ce qu'en pensent nos candidats à la présidentielle et à tous ceux qui les inspirent si bien.

Que faire ?

Oh, tout bêtement, je n'ai rien trouvé de plus original que ce principe qui ,lui,a toujours fait ses preuves : comme dit la Bible , (mes plus plates excuses aux incroyants): ''Aimez dieu plus que tout et votre prochain comme vous-mêmes''.

Dieu, parce qu'il fournit des principes nécessairement universels, et le prochain, eh bien parce que nous le sommes tous de quelqu'un.

Bonne fin de semaine tout de même.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel