Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JOURNAL-INFO

  • TEMOINS DE JEHOVAH, COV-19, MADENIAN: LA RENCONTRE

     

    COV-12, MADÉNIAN, TÉMOINS DE JÉHOVAH :

    LA SOLUTION ?

    Les Témoins de Jéhovah ? Encore eux ?

    Miséricorde, ceux-là, on n’en parlait plus guère depuis longtemps et,virés par pas mal de portes, les voilà qui reviennent par la fenêtre ?

    En plus, par la’’grâce’’ d’un ‘’humoriste’’ marseillais qui monte, Mathieu Madénian ?

    Voilà-t-y pas que la semaine dernière, emmouscaillé et encalminé dans son confinement cet amuseur public a fini par présenter de plates excuses aux...Témoins de Jéhovah, pour les avoir virés moult fois.

    De plus, il leur a demandé de repasser, ‘’quand ils voudraient’’, quittes à...être virés une fois de plus, mais les a priés d’insister quand même, pour la simple et bonne raison, a-t-il dit, ‘’qu’ils sont les seuls à visiter les gens qui en ont besoin’’, sous entendu, de visites, de contacts humains, d’un brin de compassion, fut-ce au prix de leur sermon habituel, pas nécessairement plaisant à toutes les oreilles, y compris les plus sensibles, mais rassurants quelque part pour certains.

    Virus ou pas d’ailleurs, car en cette période de pandémie, ils ont été parmi les premiers à se confiner, ne serait-ce que pour obéir aux directives et ordres gouvernementaux, soucieux qu’ils sont de se comporter en bons citoyens...qu’on le reconnaisse ou pas d’ailleurs, au passage...

    Mieux, ils ont continué à se réunir...virtuellement, et à partager, sur le Net, leur message de paix et de sécurité sur toute la Terre, habitués qu’ils sont à fonctionner en relation avec les quelques 230 et quelques pays où ils sont présents..

    Qu’est-ce à dire dans ce curieux galimatias entre la pandémie, les prédicateurs dominicaux et le show business.?

    Simplement que notre ‘’humoriste’’, habitué, selon, lui a évincer les duos de prêcheurs de l’Évangile en porte-à-porte, a regretté, en période de confinement, d’avoir , au fil du temps, mis à la porte des gens dont, réflexion faite, il s’est aperçu qu’ils ne présentaient aucun danger.

    Sauf , avec quelque intérêt, à les écouter parler de sujets bêtement inintéressants pour le commun des mortels, il est vrai, aujourd’hui.

    Sauf à prêter une oreille attentive à leurs propos sur un avenir inquiétant tout de même et qui,à tout le moins, pose questions.

    Sauf, à accepter de leur part, des interprétations....bibliques des évènements plus que chaotiques et nettement anxiogènes que nous vivons.

    Bref, notre ‘’humoriste’’’ a convenu, si nous lisons entre les lignes, qu’il a convenu qu’il pouvait y avoir quelque intérêt àles entendre évoquer des questions de civilisation et de religion qui gangrènent le monde actuel des vivants et, au pire, à nous faire réfléchir à  un catastrophisme planétaire lequel, avouons le, ressemble tout de même bien à ce que certains experts nous dépeignent, mais qui, colle tout de même fort bien avec certaines ‘’prophéties’’ contenues dans la Bible, Apocalypse en premier lieu.

    Donc, quid de tout ça ?

    DANGEREUX OU EN DANGER ?

    Premièrement, Mathieu Madénian n’a pas tort sur deux points : un, l’image de ‘’dangerosité’’ des Témoins de Jéhovah... soyons sérieux, on oublie ! ! !.

    Attisée par pas mal de leurs opposants affichés, associations ‘’anti-sectes’’, mouvements catholiques extrémistes, clergés orthodoxes (comme largement inspirés en Russie où ils sont sauvagement persécutés comme...terroristes (??) cf les articles du Monde, de Libération et de La croix), et alimentée par nombre d’incroyants, de ‘’religieux’’ laïques et autres gauchos auto-informés, la haine vouée en France aux Témoins de Jéhovah ne date pas d’hier mais bien du début du siècle dernier, en France tout du moins et s’est poursuivie jusqu’à nos jours dans le monde entier, jusqu’en Russie et Chine évidemment.

    Et dans le monde, elle a vécu en tout lieu et en tout temps.

    Aux États-Unis déjà, en particulier durant les années 1910-1980 (une paille ! ), dans l’Allemagne nazie (évidemment, où ils ont payé cher leur refus d’enrôlement dans l’armée et le parti,) en Russie soviétique depuis les années 20 jusqu’à aujourd’hui et pour les mêmes raisons, en passant, d’ailleurs par tous les pays du monde, en Europe Occidentale, en France en particulier dans les années 8190/ 2010, mais également en Afrique, dans les pays moyens et extrêmes-orientaux, bref, sur la planète entière.

    Dangereux les Témoins de Jéhovah ? Vu leurs ‘’états de service’’, en danger serait plus juste non ?

    En effet, pour se défendre, vaille que vaille, contre ces attaques, des persécutions au sens vrai du terme, ils n’ont au grand jamais usé de violence, ayant fait d’un des axes de leur vie chrétienne non seulement le refus de faire la guerre, mais celui de faire de la politique et, en tout premier lieu, de. Refuser de...tuer.

    QUI FAIT LA PAIX ?

    Chose...curieuse, pour le moins mais quelque peu suspecte : tous leurs détracteurs, qu’ils qu’ils soient, sont dans l’impossibilité totale de leur dénier leur qualité première et universelle : ce sont les seuls humains à avoir FAIT LA PAIX, totalement, dans leurs rangs autant qu’à l’égard de leurs semblables et cela dans tous les pays du monde.

    Aucun groupe, aucune religion, aucun groupe, aucune association, aucun parti, aucune secte n’a été, ni n’est actuellement, capable d’avoir prêché la paix et, en même temps, d’avoir, collectivement, FAIT LA PAIX ! ! !

    Étonnant non ?

    D’autant plus que , aucun de leurs détracteurs n’a été ni n’est capable de le reconnaître....et, surtout...d’en faire autant ! ! !...

    La Vérité dérange-t-elle tellement ?

    De ce fait, ils sont connus partout et tout le temps comme enseignant, et mettant en pratique la PAIX.

    Pour s’en convaincre et s’informer, pour une fois, à la source, il faut et il suffit d’aller simplement jeter un œil à leurs réunions.

    Au moins pour pouvoir en parler en sachant ...de quoi l’on parle .

    Cela étant, à propos du petit intermède de Mathieu Madénian et des Témoins de Jéhovah, il est tout de même assez comique d’assister là à un véritable télescopage entre deux cultures.

    D’un côté le coronavirus, dont nombre de médias nous disent qu’il est le résultat d’une civilisation tournée, axée, sur la rentabilité à outrance, destructrice de l’environnement, et créant un gigantesque déséquilibre planétaire, générateur, selon eux de catastrophes du genre pandémie, entre autres joyeusetés.

    De l’autre, un humoriste représentant, plus ou moins, cette partie de la même civilisation, qui crée ainsi un dérivatif à une certaine désespérance d’une humanité en proie aux problèmes planétaires et au doute généralisé qui ne l’est pas moins, du genre, amusons-nous pour ne pas penser à ce que nous ne pouvons pas changer et en ‘’attendant la fin’’.

    Du genre, des Romains qui faisaient la fête alors que les Barbares frappaient aux portes de Rome.

    En face, les Témoins de Jéhovah, qui font partie intégrante de notre civilisation, certes, mais sont de plus en plus hors sol côté mode de vie.

    Ils se veulent, mettent en œuvre et prônent une existence d’une simplicité...biblique, éloignée de l’avidité, de la course à l’argent et au matérialisme, de l’addiction aux modes, des choix de vie hétéroclites au possible, débridés et promouvant à outrance l’acquisition de biens matériels et d’usages ‘’bassement’’ hédonistes de tout acabit.

    Pire, ils font une référence spirituelle absolue à la nécessaire obéissance aux lois divines dans le but ultime d’obtenir le salut de leur âme, c’est-à-dire de leur vie... éternelle en prime.

    Confrontation assez curieuse, avouons le, que celle d’un amuseur public promoteur, voire pronateur d’un style de vie épicurien voire bambocheur confronté à de sérieux voire austères parangons d’une certaine austérité existentielle.

    En grattant un peu, cette rencontre assez surréaliste, du genre de celle, comme disait Lautréamont,d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une planche de dissection, dénote, tout de même la nécessité d’une petite réflexion.

    En particulier sur une possible, voire recommandable réorientation de notre civilisation, que préconisent de plus en plus de médias, de commentateurs mais aussi de philosophes, sociologues, experts en tout genre, voire même...économistes.

    Lesquels commencent à s’affoler du tour assez sinistre que prend le cirque financier et économique mondial dont les plus fins experts nous disent désormais, que tout le Système tient debout, grâce au bon vouloir de la Banque Mondiale, et même plutôt américano-mondiale, soumise, elle-même, aux quatre volontés des empereurs de la finance, anglo-saxonne en particulier, c’est-à-dire aux...rois du monde, ceci dit sans emprunt quelconque à quelque théorie complotiste que ce soit ..

    Ouf !

    LA BOURSE OU LA VIE ?

    Car, tout de même, nous sommes là, aujourd’hui, en présence d’un nœud gordien que personne n’est en mesure de dénouer, mais a surtout peur de trancher sous peine de déclencher une hyper super et catastrophique explosion géante de notre civilisation débouchant sur un rapide retour à l’âge des cavernes dont seuls, comme disait Darwin, les plus forts subsisteront...mais pour pas très longtemps et...rien n’est bien sûr.

    Quelle leçon tirer de cette micro histoire d’un humoriste relativement rigolard et amuseur salarié d’un monde courant à la ruine, soudainement rattrapé (mais pour combien de temps?) par l’intense trouille d’une catastrophe annoncée, et qui se retrouve face à la réalité d’une solution supposée, (LA solution?) prêchée par des citoyens somme toute fort raisonnables mais très mal vus, puisqu'ils proposent une alternative impossible à adopter par une Humanité qui n’en veut pas ?

    Ouaille !

    L’ennui dans tout ça, c’est bien que cette alternative, nous y sommes et y seront, à terme, un jour confrontés.

    Vu que la pandémie nous y plonge aujourd’hui mais, nous disent les savants, ce n’est pas fini...et même, ce n’est peut-être que le début.

    En effet, déjà, cette conjoncture nous révèle des choix assez sinistres à faire dès lors qu’on en vient à décider, par exemple, qui, dans une situation de crise, sera soigné, celui qui a une espérance de vie probablement plus longue – les plus jeunes en meilleure santé-,et qui sera condamné à mourir, tous les autres et les plus âgés en priorité.

    Les plus faibles en premier lieu ?

    Et au nom de quels sentiments ?

    Humanitaires ou économiques ?

    Des deux mon adjudant ?

    D’accord, mais dès lors qu’il FAUT choisir ?

    Certes, il ne manque pas de bonnes âmes pour crier ,à l’envi, que notre civilisation judéo-chrétienne fera son possible pour sauver tout le monde sauf eueueuhhh.que la réalité ne nous dit pas du tout la même chose.

    En effet, ce qui fonctionne aujourd’hui, c’est tout de même ce qu’il reste d’un système social qui nous protège encore.

    Car, sans se faire prophètes de mauvais augure, on peut craindre que les jours de ce système de santé que le monde entier nous envie;...encore,ne soient comptés...au plus juste.

    Parce que que ce qui nous attend se dessine depuis quelques années et ne rassure guère.

    Dès lors que la vie et la mort de chacun, et pas seulement en période d’épidémies, sont pesées à l'aune de l’incertitude économique conjoncturelle, les principes humanistes censés fonder les systèmes de Santé Publique déjà largement battus en brèche dans certains pays, anglo-saxons.

    Où, force est de constater, ils se résument à une simple phrase de cinq petits mots, usuels dans les films policiers où les bons ne gagnent pas toujours.

    Ces cinq petits mots ?

    ‘’La bourse ou la vie’’ !.

    Vraiment ?

    Il suffit de faire le compte des choix à faire entre les jeunes et les vieux, les survivants et les mourants, les encore utilisables et les inutiles, les prioritaires et les accessoires, voire les importants et les superflus et, pourquoi pas, les riches et les pauvres non ?

    Alors ?

    Alors rien.

    Justement, la vie est affaire de choix.

    A toutes les secondes.

    A chacun de faire les siens.

    Au détriment de qui ?

    Là est la réponse.

    Et il n’est pas inutile, il est vital, de les faire ces choix, de se souvenir d’un proverbe, biblique tiens comme par hasard et au passage, que nous rappellent quelquefois ces inspirés de la Bible et qui nous met un peu mal à l’aise quelquefois lorsque eux, ou la vie ,nous le rappellent, à savoir, que quels que soient nos choix, ‘’On récolte toujours ce que l’on sème’’.

    Autrement dit qui paie ses propres dégâts...et ceux qu’il fait subir aux autres mais aussi ceux qu’il fait subir à la société, à la planète, à l’Humanité ?

    Et ça, il n’y a pas que ces ‘’illuminés’’là qui nous le disent, la vie nous l’enseigne non ?

    Qui en tient compte ?

    Qui tient compte des leçons de l’Histoire ?

    Pour tenter de ne pas nous écraser, peut-être, sur le mur...historique, nous dit-on, ,sur lequel nous nous précipitons ?

    Maurice CARON

     

    Lire la suite

  • COV-19: FIN OU COMMENCEMENT?...ON BLAGUE OU ON PARIE ?

    Que dire du virus qui n'ait déjà été dit et redit?

    Pour le moment, uniquement que les Français, disons les humains dont ils font en principe partie, fidèles à leur refus d'obéir aux ordres, même légitimes, ou simplement de se conduire de façon sinon citoyenne du moins logique, continuent non seulement de prendre des risques mais d'en faire courir à leurs semblables.

    Exemples, nombreux, les distances entre individus perpétuellement réduites, au gré des humeurs, invitations des membres de la famille (faut bien une excuse) et des amis, déplacements pour des queues de cerise, bref, pourquoi se gêner lorsque, la plupart du temps, on a entre 20 et 65 ans et que les morts en puissance plus âgés sont les plus nombreux. La maladie et la mort c'est pas pour les quadras.

    Et après?

    Augmentation exponentielle des contaminés, morts compris, jusqu'à la fin tant espérée de l'épidémie... et puis...?.

    Plus jamais ça?

    Air bien connu: c'est bien l'apaisante formule dont on a toujours usé et abusé après les catastrophes, genre guerres de 70, de 14-18, 39-45, des...grippes aviaire et autres, crise de 29, grippe espagnole, mais aussi désindustrialisation permanentes et délocalisations accélérées, famines africaines , chinoises ou soviétiques allègrement provoquées ou non par leurs dictateurs préférés, génocides sur qui pèse le vertueux silence des nations et même persécutions religieuses tant qu'à faire, le choix est infini non ?

    Plus jamais ça cette fois, alors,  c'est décidé?

    D'accord d'accord. Cela veut dire, donc, que les catastrophes naturelles et/ou créées par les hommes, ne se produiront plus...puisque certifié, juré craché, par des promesses sur le mode...''plus jamais ça, mais cette fois, allez, vous pouvez nous croire''.

    D'ailleurs, la preuve, les Bourses n'attendent qu'une petite lueur d'espoir pour rebondir, à la grande joie des financiers, spéculateurs et actionnaires du monde de l'argent, lequel, eh oui, ne peut se nourrir que des licenciements, des délocalisations, et des ponctions fiscales sur les salariés et les retraités, tout cela n'attend qu'un signe salvateur, le pied bien coincé sur l'accélérateur...de la croissance, cette croissance bénie et divinisée, qui va sauver le monde.

    Et puis, la floraison printanière d'arnaqueurs et de profiteurs qui mettent à profit, légalement ou non, le malheur des millions de victimes, nous laisse entrevoir que le monde ''ancien'', de la magouille et des arrangements totalement immoraux mais innocentés parce que légaux, redresse la tête en n'attendant qu'un petit signe d'encouragement.

    Aille ! ! ! Comme tous les ''plus jamais ça !'' ont continué à se produire et à se reproduire, avec les mêmes promesses, les mêmes déconvenues et les mêmes aggravations de l'état du monde, n'avons nous pas quelques raisons de craindre très très fort que tout cela ne se...reproduise ?

    On parie?

    Maurice CARON

    PS: J'ai écrit cela le...30 mars. Et, depuis le déconfinement, c'est la folie... furieuse. D'autant plus  dans le midi, au soleil. Où j'habite.

    Les marchés font le plein, les distances à respecter...bernique, tout le monde s'agglutine, plus encore ''qu'avant'', comme si les mois d'abstinence avaient exacerbé, la soif d'acheter, de posséder, d'accumuler...

    De jouir de la vie?

    Ben ouai, ON a bien le droit après tout, mais quelle sagesse derrière tout ça? Quelle raison? Quel avenir pour un monde acharné à avoir parce qu'il 'arrive toujours pas à être?

     

  • FRANCE INFO VS RETRAITéS:EN MARCHE ! ! !

     

      L'autre matin, monsieur Luc Carvounas, sénateur membre du PS était interviewé par les dignes représentants de l'autoproclamée'' voix de la France'', autrement dit France-Info, leader au nombre d'écoutes, sans pour autant que cette radio le soit aussi au niveau de sa compétence journalistique.

    Rien que du beau monde quoi, les voix les plus autorisées, les plus expertes, les plus sages, censées représenter la vox populi et, (très)accessoirement, se poser en défenseur du peuple voire, du plus petit, ce qui ne peut qu'être, ne l'oublions pas eh ouiiii, fort bon pour l'audimat.

    Or donc, la discussion venant sur le montant des retraites qui vont être ponctionnées, hardi petit,aux alentours de 3 à 500 euros par an, dès lors qu'elles se situent aux environ de 2.000 euros mensuels, le sénateur a noté que les nouvelles mesures (saignées?) sur les retraites ne pouvaient guère passer pour sociales qu'à, partir du moment où l'on en gagne de 5.000 à 10.000 (et plus)...ce qui est le cas, mais il ne l'a pas dit,de ses dignes et braves intervieweurs.

    Surprise, mais pas vraiment, ce ''détail'' de notre histoire sociale, opportunément rappelé par le sénateur, a été purement et simplement ignoré par les...journalistes (on appelle ça comme ça) prompts, à juste titre, à jouer sur la corde sensible des auditeurs en cas de catastrophe collective, mais soudainement sourds et aveugles dès lors qu'il s'agit du...drame tout aussi collectif de la baisse du pouvoir d'achat des éternels tondus fiscaux les retraités moyens...baptisés riches.

    LIMITE MISÈRE

    Certes, les misérables retraites de 600 à 1200 euros mensuels (limite misère), sont plus que dignes de la ''mansuétude'' du pouvoir merveilleusement ''renouvelé'', l'ennui c'est que dès que l'on entre dans la fourchette des 1500 à 2500 euros mensuels, ces retraités plus que moyens sont automatiquement naturalisés riches, voire nantis, et que ces 4,5 ou 6 millions-là sont les perpétuels sacrifiés et perdent régulièrement un pouvoir d'achat gagné pourtant de haute lutte et dont la baisse permanente les condamne à reculer vers la limite de la misère avec les dégâts y afférant, santé détériorée pour les sans yeux et sans-dents et le reste.

    Le reste: les maladies automatiquement induites, et qu'il faudra bien financer demain sur le dos des...contribuables, ...retraités compris avec...évidemment, la CSG qu'il suffira d'augmenter. Pour faire face évidemment...

    Gribouille réveille-toi !...

    Sauf, bien sûr, en ayant recours aux assurances privées qui sont sur les starting-blocks et voient avec un enthousiasme réjouissant et non dissimulé, poindre les lois et ordonnances qui vont leur permettre de gagner, enfin, convenablement leur vie en n'assurant que les clients sans trop de risques, les plus jeunes si possible et en bonne santé.

    Et tout ça, ben le fond du problème non ? on vous le donne en mille,a été superbement ignoré, même pas suggéré, bref, effacé, inexistant, invisible dans cet interview censé, comme tous les autres de la même espèce, informer, renseigner les Français sur la réalité des choses, ardent sacerdoce et unique mission de la première radio d'infos en continu de la France éternelle, France-Info. Taratatsoinnng ! ! !

    CHANGER  LE PANSEMENT

    Certes certes, il est de bon ton, quelquefois à raison mais pas très souvent, de se réjouir de la jeunesse, du renouveau, du changement pour gouverner le peuple.

    Néanmoins, comme disait Francis Blanche, ''changement changement, c'est bien beau mais faudrait voir à penser le changement plutôt qu' à changer le pansement''.

    Changer en fabriquant des malades qu'il faudra soigner ensuite, n'est pas le nec plus ultra des solutions opportunes dans l'art de gouverner dont on dit, pourtant que c'est...prévoir.

    Mais , il est vrai, demander à des journalistes qui gagnent entre 5000 et 25000 euros par mois, payés par l'argent public en plus, de compatir sur le devenir de ceux qui les font vivre et qui ne gagnent, eux, que trois à dix fois moins...dur dur de représenter le petit peuple.....

    Mais il est vrai, pourquoi ces journalistes qui gagnent si bien leur vie et qui paient bien moins d'impôts que leurs concitoyens, mordraient-ils la main qui les nourrit.?

    Alors, on continue quoi... .

    France Info : En marche !

     

     

  • RETRAITES: A MORT LES VIEUX !

     La Cour des Comptes, suivie avec un empressement et un enthousiasme rafraîchissants par les actuels dirigeants du monde politico-économico-médiatique, vient de donner le la en matière de retraites et de retraités : ''Ils doivent participer à l'effort collectif de redressement''

    LUMINEUSE REVELATION !

    Chat alors !

    Et pourquoi donc ?

    On vous le donne Émile : Parce que le niveau moyen de leurs retraites est arrivé à égaler celui des salaires des actifs (C'est honteusement Byzance)et que leur patrimoine est bien plus important que celui desdits salariés.

    On croit rêver !

    Ces messieurs des comptes de l’État semblent ignorer que si le patrimoine des retraités est plus important en moyenne que celui des salariés c'est, le premier âne venu l'a compris, parce qu'ils ont travaillé et ÉCONOMISÉ durant plus de temps !

    Lumineuse révélation non ?

    Qu'ils connaissent fort bien ces braves gens.

    On s'en doute vu que ces experts sont des personnes sensées et fort intelligentes n'est-il pas ?

    Alors, pourquoi ?

    Eh bien parce que, le premier...(bis repetita placent) et ces énormes spécialistes savent que nous sommes, nous, c'est-à-dire la démocratie, le Système, la civilisation (on appelle ça comme ça...) sommes au bout du rouleau.

    PROFITER DE LA TERRE

    Après les bagarres multi-millénaires entre dirigeants et dirigés, gros et petits, et puis, disons-le sans fard et sans gêne aucune, entre riches et pauvres, c'est les riches qui finalement sont en train de gagner la partie planétaire qui se joue autour du thème  suivant : QUI A LE DROIT DE PROFITER DE LA TERRE, DONC, DE LA COMMANDER ?

    Et, tous les économistes nous le disent, soit en s'en désolant, soit en s'en réjouissant en faisant mine de le déplorer ou en s'en félicitant carrément, le processus est bien engagé depuis le début du siècle dernier mais, en particulier, depuis la fin de la seule puissance, du seul pays qui pouvait flanquer la trouille au capitalisme, du moins en apparence, l'URSS.

    Depuis lors, le seul pays...disons ''prolétaire''restant, la Chine, a montré sa capacité à se convertir au fric sous le costume, hilarant, du communisme et du parti unique mais, en fait, en sur-développant dans des proportions pharaoniques ,les aptitudes commerciales locales caractérisant l'Empire du Milieu.

    Dès lors, donc, la, voie, le boulevard, l'avenue est libre pour l'exploitation exponentielle de l'homme par l'homme, principe fondamental du capitalisme, le communisme, comme disait Coluche, étant le contraire.

    On y est !

    Nous voilà donc face à l'avènement d'un système...dénommé démocratique, dont les maître-mots seront, pour l'instant, liberté-égalité-fraternité, mais dont l'objectif est et restera, ad vitam aeternam, la rentabilité financière au profit d'une oligarchie déjà très présente, et ce au détriment de...populaces, terme peu usité par pudeur et savoir-vivre politiques, à qui seront...demandés, (imposés?) autant d'efforts qu'il sera nécessaire.pour satisfaire les appétits des nantis, jamais rassasiés faut-il le dire, vu qu'aujourd'hui les maîtres à penser visent toujours ''l'excellence'' jamais atteinte, en la matière.

    Les moyens pour atteindre ces objectifs ?

    Nous les connaissons tous, la mondialisation, l'européanisation, (CETA, TAFTA, entre autres), les concentrations, acquisitions, délocalisations, les effarants allègements fiscaux des multinationales, (exemple le fameux GAFAM, Google, Apple, Facebook,Amazon,Microsoft etc..sans oublier l'union récente et joyeuse de Bayer et Monsanto)transférant des dépenses des états et le poids des impôts sur les masses populaires (les retraités entre autres ...mort aux vieux ?) et engrangeant la plus grosse part de leurs profits au grand bénéfice de leurs oligarques.

    On y est !

    ''Le meilleur des mondes'' et ''1984'' ne sont plus des ouvrages de science-fiction, nous y sommes,

    DU PAIN ET DES JEUX

    Mais ce n'est, encore, qu'un début.

    Ce que nous vivons est pourtant perçu, plus ou moins confusément par nombre d'humains.

    Nous le voyons bien au travers des révoltes, remue-ménage permanents et croissants, de foules qui remettent en question leurs dirigeants, car ils sont témoins, désormais, et victimes des agissements de ces derniers ou de certains d'entre eux, qui n'hésitent pas, sous couvert de ''légalité'' voire de ''morale'', aux limites artistiquement floues, à profiter du pouvoir et/ou de l'argent, pour en accumuler plus encore ,au détriment de ceux à qui il revient ou devrait revenir...démocratiquement...

    ...et ce, en profitant, au passage, des impôts des ''plus riches des pauvres'' ( habitude et performance historique), autrement dit des classes vaguement moyennes, qui sont les seules à pouvoir être tondues à répétition pour alimenter le tonneau étatique des Danaïdes, en donnant l'impression aux crève(la-faim, que ''on'' s'attaque aux riches pour donner aux pauvres.

    Génial non?

    Voili voilou.

    Alors?

    Que faire?

    Réagir?

    La Révolution ? Une révolution ?

    Ah bon ?

    Pour en revenir, puisque le processus est toujours le même, tristement humain, aux mêmes débordements quelques années plus tard ?

    Très peu pour moi.

    Contrairement à ce que nous serinent les grands penseurs : l'Histoire repasse toujours les mêmes plats.

    Depuis Jules César, le monde connaît pourtant le principe de gouvernement : ''Ce qu'il faut au peuple c'est du pain et des jeux''.

    Et Nicolas Machiavel a enfoncé le clou en rappelant que pour affermir son pouvoir, sur son pays et vis-à-vis des autres, le Prince doit savoir '''Être fort avec les faibles et faibles avec les forts''.

    Et les vrais changements sont toujours remis aux calendes.

    Et les hommes providentiels se font toujours attendre.

    Il y en eut quelques uns...

    ALORS ?

    Alors (bis).

    Pas moyen d'en sortir ?

    Ben non.

    Si vous êtes croyants, heureux êtes vous.

    Le salut, individuel ou collectif, ce n'est pas ce système qui vous l'assurera.

    Pour autant, ne désespérez pas.

    Tous les septua ou octo, voire nonagénalires ou même ce qui ont bien compris le truc avant même ces âges-là, vous le dirons.

    Le bonheur ne réside pas dans le matériel.

    Les plus riches du cimetière n'ont rien emporté avec eux, sinon laissé le souvenir de, au mieux, simples ignorants et au pire, d'égoïstes, voire de menteurs, voleurs et même assassins car profiter de ses semblables n'est-ce pas les tuer, y compris à petit feu ?

    Ben voyez déjà avec les retraités : en leur réduisant puis supprimant, petit à petit leurs moyens de...manger, de boire, de respirer, de se déplacer, de vivre en fait, n'est-ce pas contribuer un peu plus vite à leur disparition ?,

    Ce serait intéressant de savoir ce qu'en pensent nos candidats à la présidentielle et à tous ceux qui les inspirent si bien.

    Que faire ?

    Oh, tout bêtement, je n'ai rien trouvé de plus original que ce principe qui ,lui,a toujours fait ses preuves : comme dit la Bible , (mes plus plates excuses aux incroyants): ''Aimez dieu plus que tout et votre prochain comme vous-mêmes''.

    Dieu, parce qu'il fournit des principes nécessairement universels, et le prochain, eh bien parce que nous le sommes tous de quelqu'un.

    Bonne fin de semaine tout de même.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • TRUMP PRESIDENT DE-MO-CRA-TIQUE : AH BON ?

     

    Donald Trump vient d'être élu...démocratiquement .

    Tiens ?

    Moi qui croyais que la démocratie reposait sur la prédominance du plus grand nombre de voix.

    Eh oui, au comptage final, définitif, Hillary CLINTON a bien recueilli plus de 2.000.000 de voix de plus que son concurrent non ?

    Et alors ?

    Ah oui, c'est vrai, Donald Trump a bénéficié, lui, du plus grand nombre des voix des ...grands électeurs, vous savez ces ''grands'' américains, ces élus, comme les députés mais, eux, en plus, et censément, meilleurs (?) que les autres siégeant au Congrès et élus directement par leurs électeurs à eux.....lesquels, logiquement, devraient être identiques aux autres, qui ont voté à la présidentielle.

    Vous suivez?

    Eh ben non.

    A croire que ce ne sont pas les mêmes ou, qu'entre les deux scrutins, ils ont changé d'avis...et de camp...mais pour combien de temps...?.

    Rigolo tout de même : Donald Trump n'a pas cessé, durant toute sa campagne, de dire du mal de la corruption de Washington et de ses élites, mais pas, évidemment, de ces dignes représentants, ''élitaires'' tout de même puisque placés en haut de l'échelle sociale et morale américaines et élus eux aussi mais dont on ne sait pas trop sur quels critères ils se présentent, sinon sur des promesses.

    Tout comme les députés, à savoir, accessibles, eux aussi, à pas mal de combinaisons du genre de celles dénoncées par le même Trump Donald.

    Des grands électeurs quoi...

    Or donc, il a encensé les voix DU PEUPLE, du GRAND PEUPLE, du PAUVRE PEUPLE, bref, de TOUT LE PEUPLE, bien plus sain et crédible, selon lui, que ce ramassis de pas mal de ces membres de l'élite ,coupables de toutes les compromissions, de toutes les combines.

    Mais alors ?

    Ce PEUPLE si glorifié, qui a donné à Hillary plus de 2.000.000 de voix de plus qu'au nouveau président, ne représenterait-il plus ce en quoi il a juré de croire exclusivement?

    Par conséquent, la logique ne serait-elle donc pas, de revenir à une solution tout de même plus logique, en démocratie tout du moins, de donner la parole AU VRAI DE VRAI PEUPLE et rien qu'à lui, par exemple, comme cela se passe chez nous, en France, voire même dans la majorité des pays démocratiques,eh oui, de la planète ?

    Ou même de revoir un peu ce système US, unique au monde, mais pas par son exemplarité logique voire morale ?

    Ah oui, c'est vrai, j'oubliais, le candidat DU PEUPLE a promis que désormais tout allait changer, que s'occuper du monde ne l'intéressait plus, et qu'il allait s'isoler superbement du reste de l'Humanité, comme le fit Monroe, un de ses lointains prédécesseurs..

    D'accord mais le système démocratique alors ?

    La démocratie tout de même ?

    Ben voilà.

    L'exemple en matière de démocratie ce sera désormais, les

    ET-ATS-U-NIS, de Donald Trump.

    Eh oui !Comme au temps de Monroe.

    Qu'est-ce que ça va nous rajeunir.

    Youpiiie.! ! !..en voilà, enfin, du vrai changement.

    Maurice CARON