Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JOURNAL-INFO - Page 3

  • DIESEL ET ''SANS DENTS'' : LE SOCIALISME ANTI-PAUVRES

      Cela devait arriver.

     A force de faire semblant de protéger les pauvres en imposant les riches, les socialistes finissent par jetter bas le masque.

     Avec l'excuse d'une passion aussi démesurée que soudaine pour la cause de l'environnement et des humains qui vont avec, l'interdiction de circulation aux voitures anciennes à moteur Diesel va donc privilégier deux catégories de citoyens et en mettre à mal une troisième.

     Nous nous sommes toujours donné pour règle de ne pas faire de politique mais dès lors que les mesures qui le sont affectent notre quotidien, il nous faut bien reconnaître que...tout est politique....et qu'en parler ne peut être que cela.

    Côté interdiction du Diesel en centre parisien, puis en centre villes puis dans toutes les villes et dans tout le pays (il faut bien s'y attendre), notons que d'abord,les bénéficiaires de la mesure vont être les propriétaires de ces même véhicules mais seulement des plus récents, donc, des plus chers.

    Ceux-là même qui sont inaccessibles à, au bas mot 40 à 50% des automobilistes, les moins nantis évidemment..

    Autres heureux, les propriétaires et acheteurs de véhicules à essence et, surtout, les constructeurs qui vont faire d'excellentes affaires après avoir, trente années durant, misé donc sur le ''mauvais'' cheval (bien plus rentable), en persévérant dans le domaine de la construction de voitures à moteur Diesel, fussent-ils de moins en moins polluants mais de plus en plus chers

    Par contre, les coupables sévèrement punis, mais c'est cela la justice actuelle, sont tout désignés: les plus pauvres des Français qui n'ont pas les moyens de changer de voitures et vont être condamnés à...marcher à pieds pour aller dans les supermarchés en périphéries, ou à espérer qu'un jour, par miracle, leurs communes mettront en place des transports publics convenables leur permettant, tout simplement, de faire leurs courses c'est-à-dire de se nourrir, de s'habiller, de se distraire (si tant est qu'ils en aient les moyens) ou encore d'emmener leurs enfants à l'école et, tout de même, aller au travail !

    Fabuleux programme socialiste consistant à rendre encore plus difficile la vie des plus pauvres ou des ''classe moyenne'' qui s’appauvrissent.

    Le socialisme, désormais, a pour résultat le plus clair de se montrer faible avec les forts et fort...avec les faibles.

    L'auteur du ''Prince'' qui conseille si utilement les dirigeants de tout poil, Machiavel serait content.

     Le précédent gouvernement en avait rêvé, le nouveau l'a fait.

     COMME POUR LES ''SANS-DENTS''

     On en avait déjà eu un avant-goût avec l'épisode des ''sans-dents'', qui nous a fait enfin comprendre de quelle manière sont perçus les plus pauvres, voire les plus pauvres des plus âgés, par des politiques et des nantis de tout acabit qui, eux, n'auront jamais de problèmes odontologiques vu que pour se faire poser des implants à 2.000 euros pièce, leurs mutuelles d'hommes politiques ou financiers, leur épargneront toujours - à nos frais - tous les soucis de mauvaise alimentation, nutrition, affaiblissement et humiliations, qu'entraînent systématiquement les mauvaises dentitions...surtout pour les édentés...les tristes ''sans-dents.''.

     Encore merci pour les six millions de ces ''sans-dents'' dont l'existence dérange tellement les riches aux sourires charmeurs et qui gagnent entre 100 et 350.000 euros, voire considérablement bien plus, annuellement, pour lesquels un sourire éclatant n'est qu'un atout de plus dans leur arsenal d'atouts maîtres pour affronter victorieusement les vicissitudes de la vie...

     Salauds de pauvres !

     Ils sont laids, bêtes puisque pauvres, de ce fait ils sont mal habillés, sentent mauvais (le savon est de plus en plus cher et sans dents, plus besoin de dentifrice) et voilà qu'en plus, ils ne peuvent même plus sourire et parler...comme tout le monde !.

     CO2 OU PARTICULES ?

     Pour en revenir au Diesel, le pouvoir, tous les pouvoirs, se trouvent devant une incohérence dont ils ne peuvent sortir qu'à la manière de Gribouille qui se jetait à l'eau pour ne pas être mouillé.

     En effet, la voiture pollue, certes, mais ce n'est pas l'apanage du Diesel.

     Si les fumées de gazole induisent des micro particules qui tuent et agressent les poumons, l'essence, elle, en produit moins, mais quand même pas mal, et, par contre, sa combustion génère près de une fois et demi de plus de...gaz carbonique (Co2). Et la combustion du gaz est bien plus encore générateur de ce même Co2.

     Or, dans quelques semaines, aura lieu à Paris, un sommet sur le réchauffement du climat (un de plus!) lequel réchauffement, avec ses séries de catastrophes (inondations dans le Sud Est entre autres)est consécutif non pas prioritairement, à la pollution due aux diesel mais surtout à la combustion de...l'essence et du gaz!

     GOUVERNER C'EST PRÉVOIR

     Ce qui nous donne le choix suivant : où se trouve la priorité ?

     A la diminution de combustion du gazole qui épargnera des milliers de morts en France (1), avec en corollaire la croissance de celle de l'essence...plus productive de Co2, laquelle va donc faire monter plus vite le niveau des océans, générer plus de catastrophes climatiques et condamner encore plus vite des millions d'insulaires à une noyade prévisible et, d'ores et déjà, à tous les morts du fait des calamités diverses déjà survenues depuis une dizaine d'années. ?

     Ou alors, restreindre la production de véhicules à moteur Diesel et mettre au concours une ou plusieurs séries de filtres à particules destinés à équiper les moteurs anciens les rendant plus propres ...mais accessibles aux bourses les plus plates?

     Bien sûr, dans ce cas, on s'attend à une levée de boucliers des constructeurs qui préfèrent vendre des Diesel, tout beaux tout propres...et plus chers, plutôt que de voir des Diesel, anciens modèles, continuer à rouler.Et puis la perte de TVA à 20% serait une très grande perte pour le fisc n'est-ce pas?

     Les affaires sont les affaires....et la croissance écologique est à ce prix.

     Les arguments politiques et administratifs contre les inventions genre concours Lépine qui marchent pourtant pas mal du tout, on les connaît : difficulté de mettre en place un modèle standard, problèmes d'adaptabilité, complexité du dispositif, durée nécessaire de mise au point., etc, etc..air connu....

     Sauf que, à l'heure où nous sommes capables d'envoyer une sonde sur une comète à un demi milliard de kilomètres au terme d'un voyage de dix ans, que l'on ne nous fasse pas croire que la mise au point de ce type d'appareils est au-dessus des capacités inventives des ingénieurs français que le monde entier nous envie...

     Trouver des engins qui, au passage, pourraient créer pas mal d'emplois... localisés, et d'alimenter de nouveaux marchés vu que les Diesel anciens il y en a des foultitudes dans les pays émergents (2) ou pas, serait donc au-dessus des capacités cérébrales des scientifiques du pays des Lumières, de Polytechnique, et, cela va de soi, de l’École Nationale d'Administration (ENA) réunis...?

     Alors ?

     Éviter des milliers de morts en France et en Europe ?

     Ou des dizaines voire centaines de milliers de morts dans les pays'' pauvres'' qui paient et ont déjà payé de bien des manières non seulement notre propre pollution mais tous les excès promus et encouragés par nos gouvernements de droite et de gauche ?

     La vie est affaire de choix, de mise à profit des leçon du passé...et de projection intelligente dans le futur.

     Gouverner c'est prévoir.

     En attendant, les promoteurs de cette interdiction ont bien de la chance : les véhicules électriques au service du maire de Paris et des dirigeants qui suivront cet exemple, n'ont pas de soucis à se faire : les merveilles non polluantes et les chauffeurs qui vont avec (3) seront payées avec nos impôts.

     Maurice CARON

     (1)...et en Europe. Et l'on passe sous silence les Diesels des camions, indécrottables moyens d'approvisionnement des villes en lieu et place du train et des voies fluviales, tous sous employés, ainsi que les centrales à charbon, super-(méga-polluantes en particules ET en CO2, allemandes (et polonaises sans parler des chinoises mais chut, il ne faut pas les vexer) que nos ''cousins germains'' très conseilleurs en matière économique promettent d’utiliser ad vitam aeternam, en nous reprochant nos dangereux choix nucléaires, en plus, disent-ils,trop coûteux à l'heure des déficits qu'ils nous reprochent : l’hôpital qui se moque de la Charité....

     (2) Et, dans ces pays pauvres généralement, les Diesel vont continuer à polluer, hardi petit, vu que les contraintes environnementales sont le cadet des soucis des gouvernants et populations qui n'ont qu'un désir: la croissance pour vivre...

    à l'occidentale.

     (3)...sauf que le coût environnemental est bien caché : construire des voitures électriques alimentées par de l'électricité nucléaire, n'inclut pas le coût véritable ET pour le budget actuel, ET pour celui des prix pharaoniques des démantèlements desdites centrales et des dégâts prévisibles (mais tout aussi délirants) que les déchets sont susceptibles de causer dans les...dizaines, centaines voire milliers d’années à venir. Nos lointains descendants le sentiront passer... et les écolos d'aujourd'hui ne seront plus là pour répondre de leurs actes.

     Oui oui, gouverner c'est prévoir..

     

  • MEHRA: ET LA RELIGION?

    MEHRA : ET LES RELIGIONS?

    Il y a un peu plus de deux ans, c’était l’affaire Mehra.

    Vous vous souvenez ?

    Pas vraiment ?

    Plus personne n’en parle, ou de temps à autres,  ou alors simplement pour boucher un trou dans des programmes d’infos pas toujours percutants ?

    Bonne raison pour en parler.

    Loin de nous l’idée de revenir pour la énième fois sur ce drame commenté en long en large et en travers, en son temps il est vrai et  par ce qu’il est convenu d’appeler les ‘’grands’’ médias, ou la ‘’ grande’’ presse, eu égards, très probablement, à la dimension des feuilles des journaux écrits ou à la longueur des débats télévisés plutôt qu’à la hauteur de vue ou de pensée des éditorialistes.

    Par contre, il nous a paru plus opportun de rappeler ce que tous les journalistes, du moins ceux que l’on appelle ainsi, ont, curieusement, passé sous silence, à savoir les rapports existant ou pouvant exister entre les protagonistes de cette tuerie et les aspects religieux de l’affaire.

    Certes, ‘’on’’ en a parlé, mais pour passer sous silence le fond du problème. Manière commode d’éviter de gêner quiconque. Les ecclésiastiques de tout poil et de toutes confessions en premier lieu.

    Comprenons nous bien : pas question de stigmatiser quelque courant religieux que ce soit mais de mentionner certains faits et questions en rapport, à la fois, avec les acteurs, coupables ou victimes et toutes les composantes religieuses de la tragédie.

    Il y en a…

     

    Ainsi, en tout premier lieu, on attend encore, quelque réflexion, quelque questionnement de journaliste d’investigation, à propos des relations pouvant exister, entre la religion, le criminel et son crime, voire, dans quelle mesure une pensée religieuse profonde, réfléchie, aurait pu susciter un tel acte meurtrier.

    On attend encore les résultats d’une investigation de ce genre.

    Curieux tout de même: le silence sur la religion semble être le maître mot pilotant tout commentaire sur ‘’l’affaire Mehra’’.

    Censure ? Autocensure ?

    Le résultat est le même.

    Poser la question sur les relations entre un crime commis, par un ‘’combattant de la foi’’ ‘’au nom’’ d’une pensée islamiste ou plutôt prétendue islamique, semble relever du blasphème.

    Silence dans les rangs.

    Autre question : comment se fait-il qu’un silence identique semble s’être abattu sur les religieux eux-mêmes, de tout poil et de toutes confessions,  et au nom de quel impératif ?

    Pas la condamnation verbale, évidemment, de pure forme comme elle le fut et n’engageant à rien, mais bien une condamnation ferme, vraie, hautement morale d’exclusion de la part de la religion elle-même, exclusion de tous ceux qui, de cette abominable manière, renient et de quelle affreuse façon, leur propre culte lequel, prétendent pourtant ses porte-parole, refuse la violence et se dit être une ‘’religion de paix’’.

    Curieux tout de même que face à cette incohérence, à ce reniement disons le mot, de ces cultes prétendument opposés à toute violence mais sensés être celui ou ceux du ou des coupables, les chefs en question se gardent bien d’exclure celles de leurs ouailles qui la mettent si aisément en œuvre cette violence soi disant refusée, mais qui fait tant de victimes.

    Nous n’entrerons, d’ailleurs pas, dans le jeu acrobatique des moralisateurs de service, opportunément émus de la mort d’innocents, mais expert en tri savant parmi les assassins, ne conservant que les plus abominables en oubliant tout ce (ou ceux) qui les suscitent et les formatent. 

    Histoire, peut-être, d’innocenter les ‘’moins horribles’’ ? Ou les plus… communs ? Et qui, en évitant soigneusement cet aspect pourtant essentiel de la question…évitent prudemment du même coup…les représailles possibles.

    N’aurait-il pas été plus logique, pour les dignes et en majorité honorables représentants d’une religion présentée comme tolérante et pacifique, et qui l’est à certains égards, d’exclure, d’excommunier un des leurs, dès lors qu’il agit en contradiction flagrante avec les principes sur lesquels est censée être fondée cette religion ?

    Pourquoi cette religion, dite porteuse de paix, accepterait-elle dans ses rangs un assassin qui dise la représenter, tout en massacrant ceux qu’il estime être des dangers pour son propre culte ?

    Le raisonnement est, d'ailleurs, valable pour toutes les religions ayant actuellement pignon sur rue au sein de nos sociétés soi disant chrétiennes.

    Ce qui amène à une autre question, si l’on veut, dans la mesure du possible, remonter aux racines, à l’origine du mal.

    En effet, il y a tout lieu de penser que ses parents et sa famille ont tout fait pour aider le coupable à se  construire une personnalité de croyant respectueux des autres humains, mais dès lors, par la suite, quelles influences la religion a bien pu l’amener à ce genre d’actes ?

    QUID DES RELIGIONS?

    Cette contradiction criminelle ne touche pas qu’une seule religion.

    Sans remonter jusqu'aux pogroms antiques ou récents et, évidemment, à la Shoah, ‘’l’affaire’’ de la mort du jeune Clément Méric dont on ne parle plus, relève des mêmes paramètres.

    Côté agresseur, la religion, dite chrétienne, qui, a plus ou moins et plutôt plus que moins,  alimenté l’opposition au fameux ‘’mariage pour tous’’, mais aurait été bien avisée de condamner ceux qui, de près ou de loin, se réclament d’une pureté, d’une morale religieuse dont la tolérance n’est pas le point fort.

    De l'autre, côté victime, il faut bien reconnaître aussi que le militantisme républicain de gauche ressemble de plus en plus à une espèce de religion du refus de l’autre, voire de toutes les autres, au motif que le sacro saint principe de laïcité ne saurait être remis en question sous peine de voir la France sombrer dans la bigoterie.

    C’est oublier bien vite que la quasi totalité des pays occidentaux ignore superbement le terme même de laïcité et que cela n’empêche pas les états de maintenir une sourcilleuse distance entre le politique et le religieux.

    Exemple entre tous : les Etats-Unis où le foisonnement des cultes et mouvements religieux divers, ne les a pas, pour autant, transformés en une théocratie….mais, hélas, a permis, d’ailleurs, aux étasuniens de partir en guerre au nom de la démocratie avec…la Bible à la main et de massacrer allègrement au nom de…on se demande quoi, des humains coupables soit d’être d’une autre ethnie, soit d’une autre religion, la musulmane en l'occurrence.

    Ceci d’autant qu’aux termes des révélations d’origine…américaine, le véritable motif était le pétrole plus l’affairisme vital anglo-saxon.

    Lequel a largement bénéficié de l’appui affiché de mouvements religieux dits chrétiens mais extrémistes extrêmement agités…du bocal il est vrai.

    Tout ceci pour dire que, en dépit d’une éducation religieuse ou, peut-être bien, à cause d’elle,toutes les religions ne poussent guère leurs ouailles à être des humains paisibles, quand ils ne les poussent pas, d’une manière ou d’une autre, à aller massacrer d’autres humains.

    Question de culture ? D’éducation puisque tout commence par là et que dans cette abominable affaire, c'est dans les périodes de l'enfance qu'il faut tenter de comprendre les raisons des actes extrêmes.

    MORT D’UNE PETITE FILLE

    A cet égard, il nous a donc paru particulièrement opportun d’évoquer un évènement, survenu lui aussi il y a -coïncidence?- environ deux ans, et qui, touchant de près à la religion, a bénéficié de la part des ‘’grands’’ médias, d’une silence de …cathédrale.

    Explication : il y a un peu plus de deux ans donc, au moment de ''l'affaire Mehra'', mourrait une petite fille…de 79 ans, à qui sa religion avait appris, en temps de guerre, à faire…la paix et ce, au péril de sa propre vie.

    Cette petite fille, née, il est vrai, en 1933, a été la seule petite fille allemande (encore vivante en 2012), à refuser de…faire le salut hitlérien exigé, dans les écoles du III° Reich, par des maîtres (dans tous les sens les plus moches du terme), empressés, eux, de rendre leur divin  culte à Hitler et à l'imposer à leurs élèves.

    Pressée d’obéir, harcelée, menacée, elle a tenu bon et cela seule, isolée, à l’âge de…7 ans…

    Elle s’est, donc, retrouvée en camp de concentration où elle a fini la guerre, survivant par miracle aux misères dont les allemands de l’époque s’étaient fait une spécialité parmi tant d’autres.

    MENTEZ, MENTEZ

    De ses actes d'héroïsme, seul, le jour de sa disparition, le journal "La Montagne'', dans son édition de Louviers, le 9 mars 2012, en a donné un compte rendu exemplaire, c'est-à-dire, de journaliste digne de ce nom.. Certes, le journal Le Monde a écrit quelques lignes à son propos mais que peut bien compter l'histoire d'une petite fille qui a osé, seule, dans un monde en guerre, braver Hitler en face, pour un journal de référence (saluez) habitué à bien d'autres priorités plus à la mode?

    Notre propos dans tout cela ?

    Quel rapport entre ce qu’enseignent les religions et ce que deviennent les ‘’bénéficiaires’’ de ces enseignements?

    D’un côté un (encore) enfant qui tue au nom d’une religion, de l’autre, une enfant qui accepte de mourir pour sa foi, que lui a enseignée sa religion, laquelle lui a appris à faire la paix et à la rechercher quoi qu’il puisse lui en coûter…

    Et aucun ‘’psy’’, aucun expert, aucun spécialiste des religions, aucun médium ne s’intéresse à ce merveilleux exemple ?Fut-ce pour faire pleurer dans les chaumières?

    Rien. Rien de rien.

    Curieux non ?

    Sauf que l’explication nous l’avons. En cherchant un peu évidemment. La vérité bien sûr.

    La vérité ? On vous la donne en mille.

    La petite fille, Ruth Danner est son nom, était…Témoin de Jéhovah.

    Horrible n’est-ce pas ?Une enfant éduquée par une sssssecte ! Pouah !

    Eh oui !

    Le monde du somptueux et idéalement éclairé du XXI° siècle triomphant, en est là : la police de la pensée fonctionne ferme et la guerre aux sectes en fait partie. Elle fait toujours rage. Et par les moyens les plus minables…et coûteux en subventions…incontrôlées en période d'économie, comme c'est curieux..

    Cette police-là, les journalistes la connaissent bien puisque c’est eux qui la pratiquent le mieux…tout en s'en plaignant d'ailleurs.

    Lorsqu’on veut détruire, on ment. Vous connaissez la sentence : elle se pratique aujourd'hui en Crimée, en Russie, en Chine, à Singapour, dans les pays africains…enfin…un peu beaucoup partout,  évidemment, dans une partie de l'Ukraine: partout, on réduit au silence.

    Chez nous, pays éclairé, on est plus subtil: on impose le silence, dans la mesure du possible mais, surtout, on fait silence. On ne parle que de ceux que les journalistes aiment bien parler et entendre…et leurs comparses, leurs plus fidèles frères ennemis avec eux.

    Et si l'on peut mentir en faisant beaucoup de bruit, et l'on ne s'entend vraiment plus ces temps-ci, on peut tout aussi bien le faire en ne disant rien de ce qu'il faudrait. On appelle cela mentir par omission(s).

    Donc, ‘’Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose’’.

    Maurice CARON

     

    Cercle européen des Témoins de Jéhovah anciens déportés et internés, présidente du CETJAD, Ruth Danner

     

  • J.F.KENNEDY :LA GRANDE (DES)ILLUSION

     

    Depuis l’été dernier, l’on ne s’est guère arrêtés de commémorer.

    Pêle-mêle, 14-18, Oradour sur Glane, les Twin towers, l’affaire Mehra, les Français d’Algérie, enfin, il y a quelques jours, la mort de JFK. La mémoire qui s’émousse a grand besoin de commémorer.

    JFK, il y a 50 ans.

    Je me souviens des réactions à chaud, immédiates, démesurées : les Américains étaient tétanisés. C’était le chef de famille qui disparaissait.

    L’Amérique était effondrée, mais aussi l’Europe, le monde entier, mais les Etats-Unis surtout, et pour cause.

    Pour une grande part de la population, John Kennedy était plus qu’un président.

    La jeunesse l’avait quasi divinisé. L’esprit de la (vraie ?) démocratie était foulé au pied.

    Les jeunes et surtout peut-être, les africains américains pour qui il représentait les droits civiques et le droit de vote, enfin, un siècle après la soi disant disparition de la discrimination, en fait de l’esclavage.

    Aujourd’hui, un demi-siècle plus tard, sa mort ne cesse d’être évoquée depuis quelques jours et à tout instant dans les journaux, une infinité de livres, à la radio, et surtout à télévision. Ad nauseam à la fin, diront certains..

    Sa mort évoquée mais, surtout, les circonstances bizarres, c’est peu dire, qui l’ont entourée, rendues plus bizarres encore du fait des invraisemblances relevées dans le rapport final de la fameuse commission d’enquête.

     

    Pour tout le monde, désormais, ces invraisemblances, défiant on ne peut plus le bon sens, font partie d’un des plus grands mystères de la vie politique du XX° siècle.

    Grand mystère, c’est du moins l’expression la plus claire, si l’on peut dire, que les médias utilisent généralement en conclusion et au gré d’enquêtes, d’éditos et de bouquins prétendant ‘’’lever le voile’’ sur les non-dits de cet évènement unique en son genre…n’était l’assassinat du président Lincoln un siècle avant la mort de JFK.

    EXPLICATION DANS 20 ANS ?

    Truffé d’invraisemblances, de mensonges, de faux semblants et d’oublis miraculeux, le rapport de la commission Warren, sur la mort de Kennedy ne pourra, paraît-il, être totalement accessible au public, sinon clairement expliqué, que dans une vingtaine d’années au mieux.

    Le temps pour tous les protagonistes et, peut-être bien, les vrais bénéficiaires sinon directement  commanditaires de l’assassinat et leurs amis, de disparaître d’une manière ou d’une autre, ‘’effacés’’, mystérieusement aussi, comme une bonne partie des témoins de l’époque, ou morts de leur ‘’belle’’ mort ?

    Avant quoi, la mort du président de la première et plus grande puissance mondiale qu’il y ait jamais eu sur la Terre, restera inexpliquée.

    Voire…

    En effet, en toute modestie et en dépit du fait que nous ne sachions ici strictement rien d’autre que ce que les médias nous en ont raconté, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser qu’il est tout de même invraisemblable que le président du plus  fantastique empire ayant jamais régné sur le monde, ait été assassiné par un timbré falot, tireur fabuleux il est vrai ( ?), qui, tout seul comme un grand a fait vaciller la planète, et que cela n’ait bénéficié à…personne d’autres qu’à lui seul.

    CHERCHEZ LE(S) PROFITEUR(S)

    Car la police américaine, comme toutes les polices du monde, n’est pas constituée

    de ballots, de niais et, de plus, dispose des moyens les plus extraordinaires en matière d’investigations.

    Elle est aussi dotée, comme toutes les polices du monde d’un  solide bon sens et le met en œuvre, dès le départ d’une affaire de ce genre en se posant en premier l’éternelle question : ‘’A qui le crime profite?’’.

    Eh oui, qui dit vol, mensonge ou crime, pousse, d’évidence, à commencer par chercher et/ou à suspecter, en premier lieu, celui qui tire profit du méfait,LE, ou les, profiteur(s).

    Un seul tireur, pour une raison totalement inconnue, nous paraissant carrément irréaliste, deux ou trois commanditaires, voire quelques uns de plus, pensez-vous que ce serait tout à fait exagéré ?

    En effet, un énervé, un ‘’vengeur’’, un redresseur de torts, un illuminé tuant le président des États-Unis pour la seule ‘’satisfaction’’ de le voir disparaître pour, la simple raison qu’il le hait - et encore.. -, paraît un peu court tout de même.

    D’ailleurs, les bénéficiaires, possibles voire vraisemblables de cet assassinat, n’ont-ils pas été largement, au moins sous entendus sinon franchement évoqués par tous les medias ?

    La Mafia qui aurait ‘’aidé’’ à l’élection de Kennedy et n’aurait pas été payée de retour ?

    Ou, peut-être, les Cubains de Floride qui se seraient vengés du désastre de la baie des Cochons…voire, dans l’autre sens, Castro lui-même, désireux de rendre aux USA la monnaie de leur pièce après cette aventure guerrière, même foireuse ?

    Ou encore, les Russes, tout simplement, bien que ce genre de méfaits était et reste faiblement plausible, vu la conjoncture de l’époque certes, mais absolument contraire aux règles régissant les relations entre chefs d’états fussent-ils fâchés à mort comme ils l’ont été un temps ?

    Voire, enfin, le complexe militaro-industriel dont Eisenhower conseillait vivement aux Américains de se défier et qui brûlait d’accroître son pouvoir dans les affaires et la politique américaines?

    Et pourquoi pas, la CIA ou/et le FBI dont JFK et surtout Bob Kennedy voulaient limiter les pouvoirs …et les agissements de plus en plus menaçants, y compris pour l’exécutif lui-même en se substituant au leadership fonctionnel du président ?

    RENTABLE FONDS DE COMMERCE

    Les bénéficiaires possibles sont nombreux mais dire qui ils sont vraiment....

    D’autant que tous ces éventuels suspects auraient pu joindre leurs moyens pour compromettre le plus de responsables possibles en vue de brouiller les pistes,

    Reste, pour le moment, complètement illusoire…et absolument inutile, une foule de suppositions mais rien de précis, rien de satisfaisant, rien de clair en tous cas.

    La mort de Kennedy va donc continuer à alimenter les discussions, débats, enquêtes, éditoriaux, livres et autres ouvrages qui, s’ils n’apporteront pas grand-chose de plus à l’explication du…mystère, n’en rempliront pas moins l’escarcelle de tous les bavasseux et scribouillards pour qui l’énigme Kennedy va constituer, encore trente ans au moins, un très confortable fonds de commerce.

    Tout cela nous incite à croire que si le gouvernement mais aussi les gouvernements américains successifs, dotés de fantastique moyens, quasi illimités, d’investigation, n’ont pas réussi à trouver le ou les vrais commanditaires, qu'il nous soit permis de penser qu'il serait du dernier improbable et surréaliste, que personne, vraiment personne, ne sache quelque chose...et garde un silence absolu évidemment.

    TU DIS CA A UN CHEVAL DE BOIS…

    Nous, adeptes du complot direz-vous ?

    Vos rigolez non ?

    A qui voulez vous faire croire qu’un système capable de savoir TOUT ce qui se dit et s,écrit sur la planète entière, USA en tête, et cela sur tout le monde, est dans l’incapacité de connaître la vérité sur la mort de son chef suprême ?

    Comme dit souvent mon voisin marseillais qui aime les histoires mais pas qu’on lui en raconte en le prenant pour un âne : ‘’Tu dis ça à un cheval de bois et il te file un coup de pied…’’.

    Alors ? pauvre président et puis fini tout ça?

    Oui et non.

    Oui car cette mort est bien pitoyable qui restera, pour toujours, et comme toutes les morts, une négation de toute humanité dans les relations des hommes entre eux.

    Une veuve, deux orphelins de père.

    Quel avantage supérieur aux résultats qu’aurait pu générer une discussion en cas d’incompréhensions, de dissensions avec des opposants quels qu’ils fussent, aura été obtenu par un minable assassinat ?

    Aucun.

    Et puis, très sincèrement, quand bien même la Vérité finirait par faire surface, et par causer une pagaille noire où plus personne n'y comprendrait goutte, qu'est-ce que la société, les citoyens, l'idée qu'ils se font de la justice pourraient bien y gagner?

    Pas grand chose en fait. Et  cette vérité là finirait par tomber, très vite, dans les oubliettes de l'Histoire pas très propre du genre humain, sans autres bénéfices que ceux engrangés par les medias, toujours eux, et tous ceux qui font commerce de l'information, ou, plutôt, de la désinformation.

    Que restera-t-il de cet assassinat qui, selon, on le suppose, leurs auteurs, aurait pu améliorer la marche en avant des Etats-Unis, ou alors était-il sans ''intérêt(s)'' aucun ?

    Rien, sinon que les USA ont continué, comme avant, à dominer la planète.

    Peut-être, d’ailleurs, est-ce cette domination, ce pouvoir sans limites, pour le moment, que les commanditaires voulaient pérenniser, et/ou s’accaparer.

    Illusion.

    On voit aujourd’hui la dégringolade annoncée de la domination étasunienne au profit des puissances émergentes Chine en tête.

    Illusion aussi, la grande, celle qu’un président, fut-il américain et fut-il plein de promesses d’un monde meilleur parce que démocratique, ah le joli mot !, allait réussir à atteindre ce but.

    Tout ça (pour ça) restera pour toujours un rêve, a dream comme l’a dit Martin Luther King.

    Et puis, illusion enfin, ce président lui-même, qu’on a paré de toutes les vertus de bon mari et de bon père, les medias nous l'ont révélé, après sa mort, comme ayant été un pas très joli cavaleur, trompant sa femme avec des maîtresses, qu’il partageait avec son frère, connu lui pour sa vertueuse catholicité.

    Les deux belles-sœurs en auront vu de drôles ?

    Et les enfants auront souffert de blessures irréparables de ces exemples pas très nets ?

    Il y a de quoi le penser.

    Mais bon, les responsables de ce joli conte mal fini, ne sont-ils pas aussi tous ceux qui, leur faisant confiance (illusion ?), ont élu ces hommes qui, soit victimes, soit coupables, ne resteront que des acteurs, plus ou moins crédibles, de la pitoyable Comédie Humaine, américaine mais pas seulement.

    La nôtre, et celles du monde entier, lui rassemblent trait pour trait : même promesses rarement tenues, mêmes vertus affichées, démenties par des scandales un jour révélés, mêmes abus, mêmes reniements, mêmes mensonges, mêmes profiteurs, mêmes enrichissements : mêmes méthodes, mêmes issues.

    Et la démocratie là-dedans ?

    Pour quels résultats ?

    La démocratie rend vrais, libres, égaux et fraternels ?

    Certes, certes mais certains plus que d’autres.

    Maurice CARON

     

  • 14-18 : UNE GUERRE DE(S) RELIGION(S)

     11 novembre, dépôts de gerbe, discours patriotiques, souvenirs- souvenirs, épanchements médiatiques, livres historiques, compilations diverses et nombreuses : la commémoration de l’évènement a pour objectif premier et entre autres, de contribuer à une pacification des rapports entre les peuples.

    Personne ne s’en plaindra et c’est un bien.

    Néanmoins, force est de constater que, en partie tout de même, un des buts, pas avoué sinon bien avouable, a été, plus encore que les années précédentes, de profiter de l’occasion pour monter quelques opérations pas mal lucratives.

    En effet, le souvenir de la mort de près de 15 millions d’être humains (SOS statistiques!) a permis de vendre à tour de bras livres, émissions radio et télévisées, débats et conférences en tous genres, vente de souvenirs d’époque ou réinventés (Made in China ?(1) )

    Excellente occasion donc, pour un certain nombre, pour vendre leur soupe, mais aussi, tout de même, pour quelques meneurs d’opinion, de surfer sur l’intérêt des populations pour ce souvenir du plus grand massacre et de la plus grande honte d’une Histoire moderne qui n’en a pas vraiment été avare.

    Mais c’est la tradition : tout cadre, tout est bien réglé, tout a fonctionné conformément au plan mis en place par toutes les civilisations, la nôtre n’est pas en reste, consistant à discuter après s’être étripés mais surtout pas avant : il en va de…l’honneur et de la grandeur de la nation voyons...

    COMMENT OUI, MAIS POURQUOI ?

    Tout va bien donc ?

    Pas tout à fait.

    La télévision, en particulier, est extrêmement riche d’émissions retraçant les massacres et, en général, dans le détail.

    Petit ennui : beaucoup de réponses aux comment, mais pas grand-chose répondant aux pourquoi.

    Certes, on picore par-ci par-là des explications, d’une docte complexité du genre, problèmes économiques, besoin d’expansion, conflits historiques, incidents frontaliers, bref, sauf pour s’efforcer de vendre leurs bouquins, même les historiens ne sont pas tous d’accord sur les causes profondes de tous les conflits modernes et de celui-ci en particulier.

    Aussi nous sommes nous dit qu’il ne serait pas inutile de rappeler qu’il eut été extrêmement simple, hypothèse d’école, d’éviter ces guerres dont aujourd’hui on tente, misérablement, d’expliquer quelques causes plus ou moins vraies.

    Comment donc, tenter d’éviter la guerre de 14-18, voire celle de 39-45 qui ne le cède en rien à la première au plan de l’effroyable ?

    Sinon de ne pas la faire mais, au moins, de tout essayer de manière qu’aucune consciences, les plus hautes avant tout, ne soit frustrée de ne pas avoir tout tenté ?

    Souvenons-nous, les personnes de ma génération le savent bien : mes parents et surtout arrière grands parents nous ont tous parlé de ces sinistres évènements et du recours à la religion censée les aider à supporter l’insupportable.

    Tous ceux qui ont souffert de cette guerre ont le souvenir du ‘’réconfort’’ qu’ils trouvaient auprès des évêques, des prêtres et des aumôniers chargés de maintenir le ‘’moral des troupes’’ et de leurs familles….du pape lui-même dont, plus que de tout autre, tous espéraient un geste ou des paroles condamnant la tuerie autrement que de manière incantatoire.

    Car, de ce côté-là, les paroles des religieux n’ont pas manqué.

    Bien obligés, tout de même ces braves gens : les religions, qu’ils étaient et sont chargés d’enseigner à leurs ouailles, ne les contraignaient-elles pas à faire preuve de compassion, d’amour, envers ceux qui souffrent ?

    VOUS AVEZ DIT AMOUR ?

    Amour ?

    Le grand mot est lâché.

    Gros mot dirais-je, tant ce mot-là a été absent de ce ‘’jour du souvenir du 11 novembre’’2013.

    Comme si nos commentateurs patentés craignaient d’amener le problème là où, dit-on, sommeille la Vérité, tout au fond du puits dont, semble-t-il, personne n’a jugé bon de le faire sortir.

    Car, pour en revenir à l’attitude des religions et de leurs représentants, les nations en guerre étaient, en énorme majorité, soit catholiques, soit protestantes, soit orthodoxes mais aussi animistes, bouddhistes, musulmanes et tant d’autres encore.

    Et tous les religieux, représentants de ces multiples cultes, étaient, eux, réunis, certes dans l’ardente obligation de se montrer plein de compassion mais, surtout, de donner l’exemple en matière de promotion de la paix entre les hommes.

    En foi de quoi, tous les responsables religieux, sans distinction aucune, ont accompagné les troupes au front, leur ont assuré que Dieu était avec eux (2) qu’en cas de mort ils seraient illico envoyés dans leurs paradis respectifs mais ont estimé vital de bénir à tour de bras fusils, canons, et, pourquoi pas, les gaz de combat eux-mêmes puisqu’il s’agissait bien d’armes destinées à faire gagner un camp, celui des gentils, contre l’autre, celui des méchants, des mécréants..

    Même les gaz, oui. Ces horreurs insidieuses que les belligérants se sont mutuellement soufflées dans les bronches, quitte, quelques années plus tard, à les interdire internationalement à Genève, tellement bien d’ailleurs qu’elles ont allègrement resservi pour la solution finale et, aujourd’hui encore, dans le conflit moyen oriental. Ils avaient dit ‘’Plus jamais çà’’ ?

    ENTRE CROYANTS

    Conclusion de l’affaire ?

    Ces religieux, du plus petit et surtout jusqu’au plus grand, chargés de promouvoir la paix, de s’évertuer  à la construire cette paix, de refuser la guerre, de la dénoncer et de la condamner ainsi que ceux qui acceptaient de la faire (et surtout de la faire faire )(3) et de tuer leurs semblables, qu’ont-ils fait ?

    Tout en prêchant Dieu, Jésus-Christ et tous les saints, ils ont fait très exactement le contraire des valeurs de paix et d’amour cités dans les évangiles qu’ils étaient chargés -mission ‘’divine’’- de diffuser, de faire connaître, de donner en exemple.

    Invoquant sans cesse la parole de Dieu qu’ils disaient avoir choisi pour maître, ils n’ont cessé de la trahir.

    14-18 et 39-45 ? Pire qu’une guerre de religions : ce furent deux guerres des religions entre elles et même en interne, entre ‘’’croyants’’(4)d’un même culte.

    Quid de tout cela dans sur les ondes de nos radios favorites de nos si belles chaînes de télévision, dans nos si objectifs livres d’Histoire, voire, sur les lèvres de nos dirigeants de tout poil ?

    Rien ou presque, sinon de convenu, de dit et redit depuis…bientôt un siècle.

    Tiens, à ce propos, d’ailleurs, juste une petite dernière entendue sur France Info.

    La ‘’journaliste’’ qui a ouvert la session du 10h-13h (la meilleure car plus d’audience et on peut se lever plus tard que les soutiers des journaux du 6-9h ou du 8-10h….)

    En démarrant le journal, elle nous a appris  fièrement: ‘’Aujourd’hui jour de la commémoration du centenaire de l’armistice de la guerre de 14-18’’…

    Cette distinguée informatrice, pas très au courant de l’Histoire de France (passée) que l’on n’enseigne pas, il est vrai, dans les écoles de journalisme, n’a pas l’air de savoir que la commémoration du centenaire se fait cent ans après l’évènement et que, donc, celle-là se fera en…2018, évidemment, Le 11 novembre c’est sûr.

    Mais bof !

    C’est ainsi que l’Histoire est grande…comme disait, presque, le très regretté Alexandre Vialatte.

    Donc, rendez-vous le 11 novembre prochain.

    Cela permettra à notre distinguée inconnue, de ne pas faire d’erreur.

    Mais, puisque les ‘’journalistes’’ ne sauraient se tromper, cette dame pourra toujours prétendre qu’en fait, il ne s’agit pas du tout d’une bourde mais bien d’une annonce faite…cinq ans avant tout le monde.

    Un scoop quoi…

    Maurice CARON

     

    (1)Meuh nooon, je blagueue…ou presque.

    (2) Pour les Anglais la devise était God save the King, les Allemands portaient Got mit uns sur leur ceinturon, les Américains avaient pour devise In God we trust et la France, la hiérarchie lui serinaient à longueur de prêches que notre pays était la fille aînée de l’Eglise.

    (3) Clemenceau, le (Le père la Victoire)’, a dit : ‘’Les guerres sont voulues par ceux qui ne les font pas et faites par ceux qui ne les veulent pas.’’

    (4)…croyants mais aussi pratiquants d’ailleurs, à ces époques où les gens l’étaient infiniment plus qu’aujourd’hui…et puis même, par…obligation. Sur les champs de bataille : un poilu disait en se souvenant de l’enfer qu’il vivait lorsque les tirs d’artillerie se déchaînaient‘’Quand les obus vous dégringolent sur la tête, personne n’est incroyant…’’

     

  • ECOUTES ET GRANDES OREILLES: Morts de Rire ! ! !

     

    Tout le monde sait, comment l’ignorer, qu’aujourd’hui, mais déjà depuis pas mal d’années, tout ce que nous disons au téléphone (fixe ou mobile), par Internet, Fax, voie postale et même de vive voix à un interlocuteur et ce en plein Sahara et/ou au milieu d’une dense foule urbaine, en un mot, tout ce que nous pouvons dire ou écrire, des détails qui ont fait, font et feront nos existences, est engrangé dans les stocks de données américains…et ce, pour toujours.

                        Dès lors, les cris d’orfraies que poussent certains politiques, en …’’apprenant’’ que nos bons amis américains nous espionnent au rythme de 80 à 100 millions d’écoutes par mois (et sûrement bien plus), ne sont pris au sérieux que par ceux qui leur font confiance…c’est-à-dire par de moins en moins de naïfs, de crédules ou d’hypocrites…

                        Pourquoi ?

                        1° : Tout le monde le savait, le sait, et le saura : tous les pays s’espionnent, soit en toute amitié et connivence, soit dans le cadre d’une guerre froide qui ne dit pas son nom mais qui s’accommode, aussi, d’ententes, de collusions et de compromissions, selon les besoins.

                        2° : Dans ce gigantesque terrain de jeu à ciel ouvert, les USA sont, à la fois les têtes de file et les grands et seuls gagnants. Et qui dit USA, dit le complexe militaro-industriel contre lequel le général Eisenhower lui-même avait mis en garde le monde entier, et surtout toutes les grandes entreprises, multinationales financières et industrielles en général qui, de façon exponentielle, pillent la planète, humains compris.

                        Dès lors, si nous titrons Ecoutes et Grandes Oreilles Morts De Rire, nous ne faisons que reprendre les titres et textes de la presse américaine pour qui les récriminations européennes et surtout françaises, ne sont qu’hypocrisies et faux semblants. Et les protestations de vierges effarouchées ne trompent personne, en particulier pas les medias qui savaient, qui savent mais ne disent mot, mais bon, comme disent les anglo-saxons…that’s the life…

    FAIBLESSES DU SYSTEME...                   

                       Ceci dit, ce que les écouteurs aux grandes oreilles, et/ou leurs maîtres et donneurs d’ordres, ne savent pas ou dont ils ne se doutent pas, ou pas encore, c’est les faiblesses de leurs dispositifs nombreux et variés.

                        1° : En effet, il leur serait bien plus profitable de lire ou relire leur histoire du monde. Ils y apprendraient que trop d’informations tue l’information.

                        Compte tenu de l’ahurissante quantité de données sur tout et tout le monde, on imagine avec peine le boulot des foules d’analyseurs qu’il va falloir pour tirer de tout cela des données assez utiles pour devenir opérationnelles…sauf à ce qu’à partir de n’importe quoi, il devient possible (c’est probablement un des buts poursuivis) de démolir la réputation de quelqu’un pour le ridiculiser, le rendre inoffensif, le neutraliser voire s’en débarrasser purement et simplement.

                        On est loin, bien loin, à des années lumière de la lutte contre les terroristes.

                        Mais à ce niveau, c’est la mise en application du principe de ‘’la montagne qui accouche d’une souris’’…

                        D’où un système menacé à terme de devenir si envahissant, si lourd et si cher, qu’il risque fort de finir par imploser…quand on sait que dans les années qui viennent la monstrueuse dette américaine va encore grossir pour risquer d’aboutir à une cessation de paiement…

                        2° : Autre danger pour les écouteurs : en relisant l’histoire du monde, ils devraient y lire que les lois sont, en fait, mises de plus en plus en oeuvre contre…les honnêtes gens. Exemple ? Qui sont les plus nombreux parmi les automobilistes coupables d’excès de vitesse, ceux du genre à rouler à 52 ou 56km/h en agglomération ou les fêlés meurtriers en puissance qui dépassent les 120 km/s sur le périphérique ou le 200km/h sur les autoroutes ?

                        Les plus nombreux, les plus mortels aussi, les statistiques le prouvent, sont les vrais dangers publics, pas les pépères qui alimentent les banques de PV,(1).).

    BIENTÔT '' A L'ANCIENNE''?               

                    Tout ceci pour dire que dans la montagne de données recueillies par les grandes oreilles et les grands yeux des auxiliaires de Big Brother, les statistiques et la simple arithmétique niveau certificat d’étude nous disent que celles concernant les terroristes ou les dangereux autres malfaiteurs menaçant la société étasunienne ne représenteront qu’une partie infime…qu’il faudra en plus, découvrir et selon des critères qui devront être d’une objective infaillibilité à toute épreuve sous peine de faire fausse route. Ceci d’autant que les vrais de vrais ennemis publics risquent fort d’avoir trouvé depuis belle lurette des manières de communiquer très prosaïquement, ‘’à l’ancienne’’, genre papier crayon ou grâce à des forums sans prétention, qui les mettent hors du champ d’investigation de nos zélés contrôleurs de la planète.

                        C’est l’éternelle histoire de la compétition entre le projectile et la cuirasse : à chaque progression en efficacité de l’un, correspond très vite, une amélioration de l’autre, puis c’est l’inverse, et...ainsi de suite…

                        Conclusion de toute cette tempête dans un verre d’eau ?

                Si l’on ajoute à tout ça les masses d’information que les utilisateurs de Facebook, de Twitter, de Linkedin et autres systèmes ou foisonnent des multitudes de données personnelles fournies bien volontiers par les personnes elles-mêmes, c’est une bien belle illusion que de croire que les législations de quelques pays que ce soient vont pouvoir mettre un terme à cette gabegie de temps et d’argent qui seraient bien mieux utilisés à des tâches autrement favorables à l’amélioration de leurs situations économique et politique.

                        Mais l’amélioration du bien-être des humains est-elle le but réel de la démocratie ?

                         Amélioration de la situation des 150 nouveaux milliardaires en dollars tous les ans que compte aujourd’hui la planète, certes, mais celle des autres….. ?

    Maurice CARON

     

    (1) D’autant que, on l’a récemment appris, il existe certains hauts fonctionnaires assez indélicats (mais y a t il une échelle de valeur dans ce domaine ?) qui font payer leurs propres PV par les ‘’banques’’ en question (cf les gazettes de la semaine dernière