Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JOURNAL-INFO - Page 4

  • MARIAGE POUR QUI... ET POURQUOI ?

     

    MARIAGE… POUR QUI ?

    Ah ! Il se réveille !

    ‘’Il’’ c’est moi et je dois bien l’avouer, la retraite c’est un métier. A plein temps. Ce qui ne m’en a laissé guère, à ce jour, pour tout faire, écrire compris. Ce qui explique le peu d’articles nouveaux sur le blog depuis …disons pas mal de temps.

    Néanmoins, l’info devient tellement invraisemblable que je ne pouvais vraiment plus attendre, il me fallait dire mon mot, moi aussi.

    Au moins pour souligner quelques petites choses chargées de signification.

    Tout d’abord : admirons sans réserve la progression sémantique rampante accomplie victorieusement par la dénomination de la chose qui préoccupe bien plus les Français que les détails du genre chômage, désindustrialisation, pauvreté, augmentations des impôts et autres niaiseries. Vous savez, toutes ces détails dont les journalistes estiment qu’ils ne valent pas grand’chose à côté de cette si grave question de qui dépend l’avenir de la galaxie, pour le moins,, à savoir, le mariage, homosexuel en l’occurence.

    Progression sémantique avons-nous dit.

    Classique, il est vrai, par les temps qui courent.

    En effet, vous le savez bien : depuis quelques années, un facteur est devenu un préposé, un aveugle un mal voyant, un sourd un malentendant, un balayeur un technicien de surface, une guerre en Afrique, un affrontement local -ou même l'inverse -, un crime ou une agression est désormais une incivilité voire une c…erie ou une bêtise : merveilleux tout ça et tellement ''in'', tendance, de notre temps quoi !

    Par la grâce de la morale relative, le monde, de crade qu’il était, devient acceptable, moderne, de bon ton, acceptable par tous, voire obligatoirement à la mode sous peine d’être taxé de passéiste, conservateur, en un mot ringard. Minable quoi...

    MORALE ET SEMANTIQUE

    Donc, en foi de quoi, le mariage homosexuel est devenu mariage gay.

    Ca l’est, effectivement plus, gai.

    Mais, progression sémantico-moralisante s’imposant désormais, l’on ne parle plus que du mariage pour tous…

    Il suffisait d’y penser.

    Mais là, faut dire, les bras m’en sont tombés !

    Moi qui croyais que le mariage était pour tous, justement, du moins dès l’âge de 18 ans, voire moins avec une dispense si nécessaire…

    Car, ''pour tous'' qu’est-ce à dire ? Qui sont ces tous là ?

    Jusqu’ici et depuis toute éternité, il était bien pour tous ce mariage, d’autant plus d’ailleurs que depuis quelques années, avec le PACS et toutes les possibilités notariales possibles dans notre beau pays et en Europe, tout accord, quel qu’il soit et quelles que soient les personnes concernées, a, pour toujours, force de loi dès lors qu’il s’agit d’un contrat…

    Donc, et une fois pour toutes, propre à résoudre tous les problèmes imaginables dans les couples, quelles que soient leurs caractéristiques sexuelles ou pas.

    Alors ? Que recherche-t-on avec ce glissement sémantique ?

    L’honorabilité ?

    Mais l’honorabilité habituelle jusqu’ici du moins, est, tout de même, bien fondée sur la…morale dite ancienne que la nouvelle pratique prétend, justement  battre en brèche ! ! !

    PAS TRES FERMES

    Alors bis?

    Alors, on se perd en conjectures.

    D’autant que les ‘’anti’’ ont un peu plus brouillé les cartes !

    Qu’est-ce que les catholiques bon teint et fermes dans leurs déclarations, entre autres mouvements moralisants, ont été faire dans cette galère ?

    Personne ne les contraint à se marier de cette manière puisqu’ils refusent la pratique concernée qu’elle sous-entend.

    L’on comprendrait fort qu’ils manifestent si la loi les obligeait à faire quoi que ce soit que leur morale refuse, mais qui les oblige ? Qui les contraint ?

    Personne!

    Une explication m’a été donnée par un ami très proche de ces milieux puisqu'il en fait assez partie.

    ’Il est possible, m’a-t-il dit, comme il l’a dit lui-même à ses responsables religieux à qui il confiait sa décision de ne pas manifester, il est possible que nous (les catholiques) ne nous sentions pas assez fermes dans nos convictions et que nous voulions ainsi faire à la fois la preuve que nous existons en proclamant notre différence et que nous montrions que nos convictions ont un solide fondement.’’.

    Sauf que lesdits fondements sont minces.

    Les catholiques disent les leurs issus de la Bible, livre fondateur essentiel, que, par ailleurs, ils ne cessent d’accommoder à toutes les sauces, aux leurs il est vrai.

    En effet, la Bible leur enjoint de ne pas tuer mais ils font la guerre. Elle leur prescrit de ne pas vivre pour l’argent mais les dirigeants les mieux nantis de notre société se disent judéo-chrétiens, et les plus riches de nos sociétés occidentales se prétendent catholiques ou protestants, donc ‘’chrétiens’’, mais ignorent superbement ce que signifie la pratique du ‘’aimez vous les uns les autres’’…à l’image de Jésus-Christ, pauvre parmi les pauvres.

    BROUTILLES FRANCO FRANCAISES

    Alors une fois de plus?

    Eh bien la tempête dans un verre d’eau a atteint son objectif : faire parler, faire de la pub pour les promoteurs de la loi, occuper les esprits à des broutilles franco-françaises, tandis que l’économie bat de l’aile, que 2 à 3 entreprises ferment leurs portes tous les jours, que les impôts s’abattent sur les plus faibles, retraités en tête, que le nombre des accédants à la pauvreté augmente régulièrement et que les sociétés du CAC 40 engrangent de plus en plus de bénéfices en les camouflant, au vu et au su des politiques, dans les paradis fiscaux dont les tous premiers sont la City, Luxembourg, les Iles Anglo-Normandes, Monaco et même…Paris. A la louche, et seulement pour la France, entre 120 et 250 milliards d'euros. De quoi redonner un petit coup de jeune à la croissance  européenne, donc hexagonale.

    Vous en doutez ?

    Allez donc dans n’importe quelle banque de votre ville ayant pignon sur rue et demandez, en termes bien convenables, à planquer vos économies dans un paradis fiscal et vous verrez le résultat.

    Vous avez essayé? Et ça ne marche pas ?

    C’est vrai, j’oubliais de préciser.

    Tentez l’aventure mais, uniquement si vous disposez d’un minimum de…un million à un million et demi d’euros.

    Evidemment Fernand !

    Vous ne les avez pas ?

    Patience.

    Débrouillez vous pour les trouver quelque part - demandez une augmentation par exemple, tâchez de convaincre la tante Eulalie ou videz votre Livret A-, et vous viendrez nous remercier.

    On est loin, là, direz vous du mariage pour tous?

    Pas tellement allez.

    Dites voir, juste pour causer, combien de SdF, de handicapés graves, de SMICARDS-MOINS (1), de retraités nécessiteux, de femmes de ménage célibataires, de pensionnaires de maisons de retraite, de sans papiers et de virés de leur boîte avec des indemnités étiques et pas très éthiques, comptait-on parmi les manifestants ‘’pour’’ ?

    Bon…d’accord ça n’a peut-être pas tout à fait de rapport mais, ne répondez quand même pas tous à la fois. (2)

    Maurice CARON

    (1)SMICARD-MOINS: définition très libre (Tant qu'à faire...en un temps de libertés): individu payé au SMIC mais qui, avec toutes les dépenses que ses déplacements et autres frais d'accès à son boulot entraînent,se retrouve généralement, le 15 du mois, avec la moitié de ses somptueux émoluments pour vivre, disons, comme un humain... normal (mot à la mode).

     (2)...ah ! Au fait ! Je n'ai trouvé aucun commentaire de ce genre dans les medias dits traditionnels, radios, télévisions, journaux écrits, voire blogs désormais. Une discrétion de violette vu le nombre de personnes intéressées par tout débat dérangeant sur cette question.

  • RETRAITES LE 1° DU MOIS: L’UMP EN A RÊVÉ ? LE PS NE L’A PAS FAIT !

     Vous vous souvenez ?

     Peu de temps (évidemment) avant les présidentielles, l’ex-président a promis, vite fait (évidemment bis) que, désormais, les retraites seraient versées dès le 1° de chaque mois !

     Merveilleux non ?

      On aurait dû se méfier. La promesse a été faite début…avril !

     Le fait est qu’au matin du 1° mai, date prévue pour démarrer cet extraordinaire processus…bernique. Rien en vue.

     Certes, le 1° mai, les banques ne travaillent pas…en continuant à gagner de l’argent.

     On a donc attendu le 2, puis le 3, le 4…ainsi se suite.

     Rien du tout.

     Comme disait monsieur Pasqua, propos repris par son président de l’époque : ‘’Les promesses n’engagent que ceux qui y croient’’.

     Extraordinaire cet inouï changement l’était, en vérité.

     Révolutionnaire même.

     Il faut bien se dire qu’en payant les retraités le 8,9, voire 11 ou 15 du mois (en comptant les jours fériés et d’ouverture des banques), l’Etat gagne au passage entre 10 et 15 jours d’intérêts !

     Soit une petite dizaine de milliards d’euros pompés, évidemment, dans les poches des retraités.

     Volés ?

     On n’a pas dit ça mais ça ne ressemble pas un peu à ça de rembourser une dette le plus tard possible (C’est bien une dette dont il s’agit) pour faire travailler l’argent des autres à son propre profit ?

     FORTS AVEC LES FAIBLES ?

     Agissant ainsi, consiste simplement mettre en pratique le vieux (et honteux) principe de tout gouvernement qui définit la ligne de conduite des dirigeants à l’égard des ‘’petits’’ : ‘’être faible avec les forts et fort avec les faibles.’’

     Elémentaires depuis la fondation de ce qu’on appelle la ci-vi-li-sa-tion.

     Conclusion : les très petites, les petites les moyennes voire les grosses aussi, retraites, sont donc et seront sempiternellement payées en retard sur les fins de mois imposées par la société qui, elle, n’a que faire de ce genre de finasseries.

     Car, certes, l’argument selon lequel l’intervalle entre deux versements  reste le même n’est pas valable.

     En effet, le système entier fonctionne suivant le principe des ‘’paiements en fin de mois’’, alors que seul le versement des retraites et pensions ne bénéficie pas de ce régime général. Et les intérêts qui pourraient être perçus par les retraités, vont directement dans les caisses de l’Etat.

     C’est vrai, quand on cherche des milliards, autant en prendre chez les gens qui ne peuvent se faire entendre bien fort n’est-ce pas ?

     Les manifs de seniors n’intéressent qu’eux-mêmes et pas les syndicats ni les journalistes et de toutes manières font bien moins d’audience que les Jeux Olympiques ou les feuilletons télévisés.

     Toutefois,  si les plus fortunés ne sont guère gênés de cette curieuse, mais pas étonnante, pratique, les retraités les moins nantis le sont bel et bien.

     Cette promesse, non tenue évidemment par le gouvernement précédant, certains naïfs de mon espèce pensaient que le nouveau allait mettre un point d’honneur à la mettre en œuvre, prouvant ainsi le soin qu’il mettait à défendre ces malheureux, tellement mis à mal par les ‘’méchants’’ d’avant.

     Ben non…

     Il suffit, aux retraités de consulter leur compte bancaire pour constater que, comme disait mon père, ‘’plus ça change et plus c’est pareil’’.

     ET LA CSG ?

     A ce propos, et au passage, un mot sur ce qui attend encore lesdits retraités.

     L’augmentation de la CSG par exemple ?

     Vous savez cet impôt quasi direct inventé par un socialiste, un‘’rouge’’ de l’époque mais qui avec le temps, a beaucoup pâli aujourd’hui, qu’en sera t-il l’an prochain ?

     Pas vraiment du bon, on s’en doute un peu.

     Certes, la disparition d’une plus forte TVA dite ‘’sociale’’ (rions un brin) a, semble-t-il, un but modérateur à l’égard de la hausse des prix.

     Sauf que si elle avait été mise en œuvre, il était toujours possible d’acheter de façon plus modérée (pour moins gaspiller aussi ben oui...), quitte à se serrer un peu plus la ceinture. A cet égard et de toutes façons, ce serrage en question ne fait que commencer et beaucoup s’y habituent d’ailleurs depuis longtemps.

     Mais, avec cette TVA-là, au moins, le consommateur contribuable restait relativement maître de ce surcroît de dépenses.

     Alors que, pour ce qui est de la CSG, absolument impossible d’y échapper de quelque manière que ce soit. Tout le monde y passe et les retraités des classes moyennes en premier lieu qui, eux encore, souffriront un peu plus que les autres. Comme pour l’impôt sur le revenu qui frappe en priorité les plus nombreux (retraités compris) de cette fameuse classe qui eux ‘’peuvent payer’’…

     Ben oui : les toutes petites retraites pourront bénéficier d’aides plus ou moins ‘’compassionnelles’’ médiatiquement surtout, tandis que les plus riches continueront à vivre sur le même pied à quelques dizaines voire centaines d’euros près.

     Et pour la classe moyenne? Ceinture !

    Vous avez l'habitude non? Et vous êtes bien la classe ''qui peut payer'' à ce qu'on dit?

     Voilà voilà.

    Retraite le 1° du mois ?

     L’UMP en avait rêvé ? Et l’avait promis ?

     Le PS ne l’a pas fait.

     Encore bravo !

     

    Maurice CARON

     

     

     

  • DISPARITION DU CESU : LA MENACE FANTÔME… ?

     Bon…je m’y mets. Pas à parler politique, ne m’attendez pas sur ce terrain là, mais à dire combien les relations petit-peuple-dirigeants demeurent toujours aussi consternantes…voire inexistantes.

     Ainsi du CESU.

     CESU : SILENCE COMPLET

     Hier matin, monsieur Xavier Bertrand, ancien ministre de Nicolas Sarkozy est venu dire, sur les ondes de France-Info, que certaines questions avaient été pieusement évitées dans le discours de politique générale de monsieur Jean-Marc AYRAULT.

     Dont l’avenir du CESU.

     ‘’Pourquoi, a-t-il dit, en substance, un silence complet a-t-il été observé dans ce discours, sur la réduction voire la disparition de l’aide au CESU, supprimant ainsi des dizaines de milliers d’emplois ainsi que l’aide à autant de familles considérées, à tort et de beaucoup, comme nanties et auxquelles on va faire rendre gorge ?’’

     Rappelons que l’ancien ministre UMP, a fait partie d’un gouvernement qui avait commencé à diminuer un tantinet, en douce, les subventions accordées à cette aide à l’emploi et à la moralisation du système (si tant est…) en diminuant les avantages somptuaires (dixit à l’époque l’ex-gouvernement) consacrés à l’aide aux familles genre classe moyenne… inférieure que d’aucuns considèrent, aujourd’hui surtout, comme une catégorie de riches privilégiés.

     SOUTIEN SCOLAIRE, PERSONNES AGEES, MALADES.

     Alors qu’auparavant, un dégrèvement d’impôts de 50% autorisait de nombreuses familles à employer à domicile des intervenants dans de nombreux domaines : soutien scolaire, aide aux personnes âgées, entretien d’habitat, de jardins, etc, les gouvernements Sarkozy avaient diminué en partie cette assistance, créant ainsi, une gêne supplémentaire aux familles des petits employeurs occasionnels ainsi qu’aux employés à qui cette mesure permettait de vivre à peu près décemment.

     Vivre décemment ? Vous n'y pensez pas ! Ce privilège n’étant réservé qu’aux vrais riches, allez hop ! Fini cette aide à une foule de fainéants et de nantis en attendant de la supprimer complètement…..

     …parce que vous le saviez donc pas : l’UMP en a rêvé…? le PS l’a fait…paraît-il…

     En tous cas aux dires de monsieur Xavier Bertrand qui, tout bonnement vient de nous affirmer que le premier ministre actuel, sous couvert d’économies à faire sur le dos de ces riches et super riches, insolents et provocateurs, aurait décidé de supprimer totalement ou peu s’en faut, cette aide qui permettait aux (très petits) employeurs de défalquer en fin d’année 50% des charges sociales, générées par les CESU, de leurs impôts.

     Qu’en était-il, d’ailleurs, de ces catégories de honteux profiteurs ?

     ET HONNÊTES EN PLUS…

     Selon les experts, crânes d’oeuf et autres énarques qui calculent tout au poil près, ces employeurs occasionnels ne sont que des riches qui, vivant dans le luxe, peuvent bien se payer tous les services possibles sans profiter de l’aide d’un état en faillite et qui, en bon socialiste ou socialisant, n‘a en tête, que l’aide aux plus nécessiteux en la matière.

     Or, sur le terrain, et là c’est mon boulot de journaliste (1), qu’en est-il ?

     Eh bien sur le terrain les personnes bénéficiant de ces somptuaires largesses de l’état-providence sont, pour la plupart, des familles de couples travaillant, souvent à deux, avec des revenus tournant autour de 2.000 à  4.000 euros (vous voyez la richesse…) et qui, compte tenu de leur ‘’fortune’’, qui leur mange pas mal de temps, sont contraints et arrivent à consacrer entre 150 à 250 euros par mois, qui pour des cours à domicile (en travaillant tous deux, maman et papa ont bien besoin d’une aide de ce type), qui pour l’entretien de la maison, qui pour l’aide à des parents ou à des personnes seules, âgées et/ou malades, pour qui la survie tient à leur maintien à domicile si possible parmi les leurs…moyennant quoi, au passage, cette ‘’largesse’’ représente, tout de même, une confortable économie pour un état qui peut ainsi diminuer ses dépenses de santé sur le dos du secteur hospitalier.

     Autre avantage du CESU, les employés.

     Ces futurs sacrifiés concernés, qui tiennent, obstinément, à travailler…honnêtement (ça existe…) en respectant les lois, n’alimentent pas le secteur du travail au noir (lesquelles pertes du fisc, à la louche et pour cause du ‘’black’’ coûtent entre 3 et 4 milliards d’euros annuels).

     De plus, étant, de façon assez évidente, plus honnêtes que les fraudeurs, ils évitent un surcroît de travail aux service contrôleurs, si tant est, bien sûr, que l’état ait bien  l’intention de pourchasser les fraudeurs grands et petits.

     Par ailleurs, ces employés plutôt modèles, sont généralement, mais très précisément, plus compétents et efficaces.

     Enfin, se prenant ainsi en main, ils acceptent volontairement le risque de la précarité et n’encombrent pas les salles d’attente de l’ANPE…

     Mieux encore, en n’acceptant que de travailler en CESU, ils rappellent utilement aux employeurs occasionnels, qui leur offrent du travail au noir, quelques règles élémentaires de vie en société dont un minimum d’honnêteté.

     En fait, véritables auxiliaires de l’état en matière de moralisation sociale et fiscale, ils participent donc à la lutte contre la fraude en demandant le respect de ces règles à leurs employeurs éventuels.

    Et honnêtes en plus…

     Trop honnêtes ces travailleurs en CESU ?

     Très probablement car dans un système pervers, leur disparition signifie, à court terme, des effets pervers quasi immédiats : disparition de la ‘’clientèle’’ des employeurs concernée qui préfèrera des employés au noir, augmentation consécutive de la fraude (la morale ne résiste pas toujours aux pressions économiques), croissance du chômage et des indemnités y afférant, baisse des rentrées fiscales, déplorable exemple social difficile à justifier, en particulier auprès des élèves qui sont parmi les premiers bénéficiaires en matières d’enseignement (2) et…probable retour du bâton face aux prochaines échéances électorales d’une classe moyenne qui arrivait tout juste à s’assurer une vie relativement supportable par ce moyen.

     Au passage, considérer comme riches les membres de cette classe relève d’une analyse consternante. Les vrais de vrais riches n’ont aucun besoin de travailleurs en CESU. Ils n’ont aucun avantage à finasser dans ces eaux-là. Ils peuvent payer tout et le reste…au noir y compris.

     Seuls les membres de la classe moyenne, encore dépositaires d’une certaine morale, agissent en conformité avec des principes ‘’d’avant’’ et ont un véritable avantage à la fois de disposer d’une aide décente et ce de façon absolument légale...et de contruibuer activement à la créatio,n d'emplois et aux économies bien utiles dans un état où les gaspillages sont aussi nombreux que bien cachés et...très inégalitairement répartis...

     L’UMP EN A REVE ?

     Mais bon, dès lors, et avec tous ces avantages que représente la méthode à quoi servirait-il donc de faire disparaître le CESU ?

     Le système néo-libéral, voire social-démocrate, envahissant le monde en général et la France en particulier, et considérant depuis toujours que les efforts d’économie doivent être faits en priorité par les membres de la classe moyenne, la plus représentée (donc la plus rentable fiscalement), c’est donc dans ces poches-là qu’il faut puiser. CQFD.

     Disparition du CESU la menace fantôme ?

     L’état UMP en a rêvé ? Et l’état PS l’a fait… ?

     …on peut le croire si monsieur Xavier Bertrand a dit vrai…et si le nouveau gouvernement est bien décidé à agir dans ce sens…et à oser nous le révéler.

     Toute chicanerie politique mise à part, ceci étant la dernière de nos préoccupations.

     Maurice CARON

      (1)Au fait, les gazettes ont-elles évoqué ce problème ? Que nenni. Silence radio, télévisuel ou écrit total, y compris au ‘’Canard enchaîné’’ qui ne cause que de ce qui l’intéresse vraiment…et puis pourquoi donc voulez vous que des journalistes aux salaires allant de 3 à 6, 10 ou 15.000 euros voire quatre ou cinq fois plus par mois, tirent quelque profit à s’intéresser à ces gagne petits qui s’engraissent insolemment et voluptueusement avec des 1.000 à 1.500 euros mensuels ?

     A ce propos, puisqu’on parle de journalisme et de ‘’niches fiscales’’ des plus nantis : avez-vous vu, lu ou entendu dire que les…journalistes bénéficiaient d’abattement d’impôts de…30% pour frais professionnels ? Alors qu’ils profitent, aussi, de remboursements de notes de frais sur lesquelles figurent à peu près tout ce qu’ils veulent… J’en ai vu beaucoup multiplier les frais en question et même un se faire rembourser un…smoking pour frais professionnels en vue de soirées à l’opéra ! ! !

     Et puis, en cas de licenciements, il leur est généralement accordé un mois de salaire brut par année de présence…

     Pourquoi n'est-il pas question de supprimer cet abattement ? Et ces avantages plus que coquets sans contreparties fiscales le plus souvent…

     Réponse simple : soigner l’amitié des journalistes n’est-elle pas bien utile à tous les pouvoirs ?

     2 : A noter que les associations proposant beaucoup de services d’aides à domicile exploitent carrément leurs employés, des femmes à 95%, au mirifique taux horaire de…8 euros de l’heure ! Concernant les intervenants scolaires, les employés en CESU travaillent…aux résultats, quasiment à l’heure, ce qui donne toutes les garanties de qualité aux employeurs, alors que les associations ou sociétés obligent les parents à souscrire des contrats d’au moins 3 à 6 mois…sans garantie de résultats alors que les précaires sont obligés d’être efficaces le plus vite possible...sous peine de perdre rapidement vite leur boulot. Une précarité qui profite aux parents mais surtout aux élèves eux-mêmes.

    Et puis des femmes, dites donc, notre équipe en place serait-elle machiste? Impossible voyons! Bien que, ceest vrai et pour reprendre les gazettes, pas mal d'éléphants se soient escrimés à savonner la planche à Ségolène Royal..;et continuent à le faire non?

     

     

     

  • PRESIDENTIELLES: J'AI FAIT UN REVE

     J'ai fait un rêve.

    Comme Martin Luther King ?

     Presque mais un peu dans le même esprit ;

     Ben oui.

     J’ai rêvé que, à la veille, ou à l’avant-veille du premier tour , les candidats, TOUS les candidats s’étaient réunis, pas au Fouquet’s ni au Crillon ni même au bistrot d’à côté et moins encore chez Ducasse, mais tout simplement dans un restau de quartier, dans le but, de quoi direz vous, eh bien de…sauver la France voyons !

     Comme çà ?

     Comme çà !

     Tout simplement parce qu’ils se sont dit, comme ils nous le serinent à tous leurs passage dans le boîte aux images, que la situation est si grave, mais pas désespérée, et qu’il faut donc faire l’union de tous les Français.

     Par conséquent,  ‘’nous’’ devons faire l’union mais ‘’ils’’ se doivent de donner l’exemple.

     C’est ce qu’ils ont fait.

     Ils ont décidé de s’entendre tous, en rognant chacun là où çà leur fait un peu mal, déjà au niveau de leur ego, mais aussi dans leurs programmes (s’ils en ont) et de mettre ensemble toutes leurs intelligences, leurs savoir-faire, leurs conseillers et surtout…leur amour du peuple afin de le représenter ce peuple puisque, arithmétiquement, ils sont censés représenter toutes les tendances, c’est-à-dire, dans les 80 à 90% de la population.

     Une belle majorité non ?

     Voilà !

     Ils ont mis en commun leurs visions des choses, au plan économique, social, humain quoi, mais pas, et vraiment pas du tout politique, puisque, à relire notre Histoire, c’est bien de la politique (tous méprisent la politicarde disent-ils, en premier de celle des autres) que vient tout le mal.

     En effet faire de la politique ne consiste-t-il pas à se faire valoir en dévalorisant les autres ?

     Eh bien là, bernique de politique : tous les candidats se sont retrouvés autour d’un vrai programme de gouvernement avec, certes, un petit morceau du programme de chacun dans le même panier au côté de ceux des autres, mais dans un seul but, celui de résister à la catastrophe qui, nécessairement ils le disent tous, vient de l’extérieur, la CRISE mondiale on vous dit.

     ''Nous'' sommes en guerre, économique de surcroît ? Eh bien ''nous'' avons décidé d’être tous unis dans cette guerre…que les marchés nous ont déclarée.

     Pardon?

     Eh bien oui ! ''The Economist'' a déclaré il y a quinze jous : ‘’dès la présidentielle passée, les marchés vont ramener les Français à la réalité.’’

     Vous avez bien lu : ‘’le fric va apprendre aux Français ce qu’il en coûte de ne pas le servir, de refuser de l’adorer’’
    Ce n’est pas moi qui le dit c’est le porte-parole du fric international, l’organe officiel-officieux de la City dont chacun sait qu’elle dirige le monde…enfin jusqu’à ce que la Chine prenne sa place.

     Voili voilou : pour la première fois dans l’Histoire du monde, l’argent dicte, comme d'hab, sa loi, mais cette fois ouvertement, à un pays entier, à 65 millions d’humains, à un pouvoir…politique aussi qui ne peut ni ne veut dire ou faire quoi que ce soit.

     Charles de Gaulle disait ‘’La politique ne se fait pas à la corbeille’’, lui qui pourtant a introduit dans la bergerie un premier ministre représentant les banques….

     Or, où donc, aujourd’hui, la politique se fait-elle ?

     A la corbeille justement et pas à la moindre : à celle que de Gaulle honnissait parce qu’il la connaissait mieux que quiconque, l'anglo-américaine.

    Alors? Quid de ce programme de gouvernement propre à sauver le peuple?

     Justement, à propos de de Gaulle, rappelons-nous qu’il y a quelques jours, mourait Raymond AUBRAC, un des derniers représentants des mouvements de la Résistance qui, avec eux, publia ce que le peuple français, de Gaulle en tête, voulait que soit,le monde de demain, celui d’aujourd’hui donc.

     Ce programme d'époque s’appelle la Charte du conseil National de la Résistance.

     Allez donc sur l’adresse ci-jointe et vous verrez ce qu’était la volonté d’un peuple entier qui ne voulait plus vivre le cauchemar non seulement de la guerre mais aussi du système économique et politique qui l’avait précédée. Et pas uniquement en France mais également dans le monde…

     Allez donc à cette adresse et voyez, aujourd’hui, ce qu’il en reste de ce programme destiné à donner un véritable avenir au peuple Français, voire à tous les peuples de la planète qui, à l'époque évidemment, s'en sont plus ou moins inspirés, sur le papier, ou, au pire, n'ont en rien rejeté ou dénoncé la grandeur de l'intention.

     Bon ! Pour finir voilà mon rêve : tous les candidats se sont donc retrouvés au restau et ont décidé de faire cause commune autour de cette charte. Non pas pour la mettre en place en totalité et dans l’instant, mais pour travailler, petit à petit, à chaque jour suffit sa peine, à atteindre ce but, dont personne ne pourrait dire qu’il n’est pas noble, afin de faire, enfin et une fois pour toutes, le bonheur des Français...du peuple quoi !

     Et pas seulement…

     Un économiste distingué et intelligent, il y en a, a énoncé il y a une semaine, une évidence internationale que personne n’a relevé mais que tout le monde, politiques en tête, connaît.

     Il a rappelé, simplement, qu’ensemble, l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, le Benelux et la Hollande pesaient près de…9.000 milliards de dollars c’est-à-dire plus que la Chine.

     Ce bloc est la…deuxième puissance mondiale en pouvoir financier, juste derrière les USA…

     Or, dans un monde où lorsqu’un type de 120 Kgs parle les types de 60 Kgs écoutent, peser un poids pareil impose le respect.

     Et face à la crise, même si les Anglais ne viennent pas avec nous et continuent à nous savonner la planche, un pareil bloc peut se faire entendre, écouter pour tout de bon.

     Ce qui résoudrait, déjà, le problème de la pitoyable non représentativité d’une Europe démesurée, enflée et vide de pouvoir réel, qui n’existe plus vraiment au plan international.

     J’ai donc rêvé qu’en plus de la remise au goût du jour, de la Charte du Conseil National de la Résistance, les dix candidats (y compris celui qui veut raccourcir la durée du trajet vers la planète Mars), ont décidé de réunir la ‘’petite Europe’’ et de dire zut à la crise et surtout à ses fidèles courtisans…sous peine de se fâcher tout rouge et de légiférer (les politiques ont ce pouvoir non ?) afin de faire de graves ennuis à tous ceux qui, du dedans et du dehors, veulent asservir ET les politiques ET leurs électeurs et qui s’obstinent à les soumettre non pas aux principes démocratiques (puisqu’il paraît qu’on devrait fonctionner comme ça) mais à ceux des banquiers.

     Alors ?

     Eh bien c’est tout.

     C’était un rêve.

     Pas plus.

     Pas moins.

     Inatteignable ?

     Vous avez tout faux.

     ‘’On’’ peut.

     Que l’‘’on’’ fasse un referendum là-dessus et vous m’en direz des nouvelles.

     Et, si ça vous chante, cliquez voit sur ce lien ou tout autre du même tonneau pour le même but et si ça ne marche pas, allez y directement en tapant sur Google…
     

    http://thierryissartelorthez.hautetfort.com/media/00/00/1018113844.pdf

     ALORS?

    Vous avez vu? Lu?

    Ca ne vous dit rien?

    Que reste-t-il de cette Charte d'une Résistance dont beaucoup (trop) de réclament encore mais à bas bruit, à bruissement plutôt, qui va s'éteindre très bientôt...

    Dont, d'ailleurs, on ne trouve plus trace... sauf chez...l'anglo-américain Google tiens....Qui n'arrive pas à masquer ce genre de vérités...

    Jusqu'à quand?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • TEMOINS DE JEHOVAH:OHE LES JOURNALISTES ! ! !

     

    Le travail des journalistes fut et continue d'être vraiment exténuant !

    Cet été en particulier.

    D’abord la crise.

    Grave, certes, et même plus : il en est qui commencent à se demander si, ou quand, la catastrophe mondiale annoncée va les contraindre à taper dans leurs économies ou à se reconvertir.

    Il en est pas mal d'autres qui ont commencé à le faire...si tant est qu'ils aient eu la chance d'avoir un emploi...ou droit aux indemnités de chômage.

    Et puis il y a le reste.

    Tout le reste.

    Hyper, super, et tout principalement important.

    C'est-à-dire les frasques (pour le moins) des uns, les folles dépenses (pour le moins) des autres, sans oublier les réjouissantes ou bien vilaines bagarres, polémiques et sévères corrections politiques administrées et/ou commandées par des hauts responsables de tout bord, les si émoustillantes équipées sexuelles, les réconfortants gaspillages des fonds publics, les enivrantes avidités bancaires et spéculatives, les très innovants massacres ‘’démocratiques’’ et, enfin, les étonnantes révolutions jamais pressenties mais prestement récupérées…ouf !

    Les infos n’ont donc guère manqué cet été, période généralement occupée surtout des migrations et croisements des juilletistes et aoûtiens, des pétarades du 14 juillet et du laïco-sacro saint 18 août sans compter les ‘’marronniers’’ de circonstances lorsque l’actualité bronzante a pu faire défaut.

    Dès lors, nos journaleux, les plus ‘’grands’’ en particulier, ne savaient plus, les pôvres, où donner du commentaire, du débat, de la table ronde, de la caméra, du micro, du stylo ou du clavier.

    C’est très probablement à cet afflux d’informations, toutes plus importantes les unes que les autres, que l’on doit le silence majuscule, de cathédrale, c’est le mot, qui accompagne la nouvelle selon laquelle les Témoins de Jéhovah ne seraient plus une ssssecte mais bien une religion.

    CEDH : A L’ UNANIMITÉ

    Surprise surprise ! ! !.

    Pourquoi ? Comment ?

    Eh bien cette bonne nouvelle, pieusement ignorée de ces bonnes âmes de journalistes, nous est venue des juges de la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui, à l’unanimité,  ont condamné la France qui, depuis 15 ans au moins, veulent mordicus taxer …à 60%, les offrandes qui sont les seules source financières permettant à cette association cultuelle d’exister.

    Jugement non définitif mais tout de même.

    Ca vaut la une ça non ?

    Et alors?

    Rien de rien ?

    Somptueuse ignorance ?

    Silence gêné peut-être?

    Ben oui quoi…Tous les Français s’étaient agréablement habitués, une fois pour toutes, à lire et relire, en y croyant dur comme fer, les mises en garde régulières contre les terrifiants dangers que fait planer cette engeance sur la France, le monde et la galaxie, mises en garde largement étalées et mises en valeur par les journalistes auto proclamés sauveurs du grand public.

    Désormais, c’est mutisme absolu.

    Silence dans les rangs vraiment ?

    Et sur les ordres de qui ?

    Botus et mouche cousue.

    Une piste ?

    Silence sauf dans quelques canards de province (1) dans lesquels l’AFDFI a, une fois de plus, trouvé une place chauffée d’avance, du moins en ce qui concerne certains journaux et notamment une feuille du Nord, de la région de Douai si je ne m’abuse, qui a, très objectivement, publié une lettre de l’ADFI carbonisant les Témoins en évitant scrupuleusement, au nom de l’objectivité évidemment, de leur demander de répondre à cette attaque.

    A ce propos, comme j’ai lu cet articulet, j’ai pris ma plus belle plume pour demander à mon confrère, et en lui laissant mes nom et adresse, de rectifier un chouia le tir.

    Depuis, silence encore plus absolu.

    Comme si la discussion le dérangeait, si elle les dérange les uns et les autres, qui sait?.

    Ignorent-ils, tout de même, qu’en cherchant vite, entre autres témoignages ‘’innocentant’’ ces dangers publics ambulants, témoignages d'hommes politiques,  de juges et de jugements, voire de pas mal de quidams, j’en ai retrouvé un, fort intéressant, celui d’un secrétaire national d’un syndicat de Police qui avait écrit ceci, entre autres choses :’’…si tout le monde était Témoin de Jéhovah, nous serions nous au chômage…’’.

    N’est-ce pas là la meilleure des cautions pour ce mouvement accusé des pires vilenies?

    Quelle que soit l’appartenance personnelle ou religieuse de ces policiers, il serait tout de même inconvenant non, voire suspect, de penser et de dire qu’ils sont incompétents, amis, voire noyautés par la sssecte honnie n’est-ce pas?

    ON CONTINUE ?

    Alors? Comment expliquer ce sempiternel déchaînement contre les Témoins, qui revient à clamer bien haut, cette fois, encore et toujours plus, qu’ils ne sont pas reconnus comme une religion, alors que la CEDH leur a accordé un satisfecit, justement, en raison du fait qu’ils les ont considérés comme une religion ?

    Pas comme les autres évidemment, mais une religion tout de même.

    Déduction logique: les adversaires des Témoins devront-ils un jour se risquer à définir eux-mêmes ce qu’est une religion ?

    Vaste programme n’est-il pas ?

    On attend de pied ferme.

    Définir une secte est aisé : on invente, on caricature, plus c’est gros plus ça passe.

    Par contre, définir une voire LA religion est une autre affaire…et il faudra déjà dire, parmi les milliers, dont les 4 ‘’grandes’’ de chez nous, laquelle est bonne et laquelle ne l’est pas, donc, ne mérite pas cette appellation….

    Et là…qui çà dérange tout çà ?

    Vous voyez le ramdam ?

    Et suivez mon regard interrogateur.

    QUI S’ENRICHIT QUAND TOUT VA MAL ?

    Bon, en attendant, il ne nous reste plus qu’à espérer que les journalistes se mettent à faire leur boulot suivant les règles qu’ils brandissent dès lors qu’on les prend en flagrant délit de copinage.

    Règles dont la première est : recueillir, à parts égales, l’avis de toutes les parties concernées.

    On attend de pied ferme.

    Moi, je préfère m’asseoir : çà risque de durer.

    Les Témoins risquent donc de ne pas avoir à payer les 40 ou 50 millions d’euros indus, voire, à percevoir en plus des intérêts, à l’heure où, malheur de malheur, il va falloir faire fissa pour trouver assez de milliards pour calmer la goinfrerie des actionnaires du monde entier en commençant par les Américains, les Anglais, les Chinois et les Russes…mais les Français aussi et tous les autres, qui continuent, crise ou pas, à exiger du 5,10, voire 30% d’intérêts et à leur faire des cadeaux tels que les 10.000 à 20.000 milliards de dollars aux banques (qui dégringolent aujourd’hui) lesquelles crachaient leur mépris quant aux interventions de l’Etat, mais ont été ravis de recevoir en cadeau ces sommes pharaoniques prises dans la poche des contribuables du monde entier sans leur demander leur avis (ça ne ressemblerait pas à du vol çà ?)…et qui s’en servent pour continuer à spéculer…à la baisse cette fois.

    Car, si vous ne le saviez pas, les riches gagnent de l’argent quand tout va bien, mais tout autant voire plus, quand tout va mal. Il leur suffit d’avoir des traders malins qui achètent des actions qui, plus elles baissent, plus elles rapportent. On appelle ça des warrants, pour les plus simples mais il en est encore de plus complexes. Il y a des risques mais les traders sont très forts et prudents. Pour l’argent de leurs clients, pas pour celui de ceux qu’ils plument : les employés, ouvriers, classes moyennes, seuls à fournir un travail tangible, réel, et pas virtuel.

    Allez va…on n’arrête pas le Progrès.

    Nous vivons une époque vraiment formidable.

    Et ce n’est qu’un début.

    Et puis, vous avez vu les Chinois ?

    Ils se permettent de donner de ordres aux Américains maintenant.

    Qui c’est, hein, les maîtres du monde ?

    Il faut dire qu’il y a un siècle, les Anglais, Américains, Français, Allemands et autres, s’entendaient à merveille pour les exploiter et, surtout pour les Anglais, pour faire acheter l’opium que les Britanniques cultivaient aux Indes et ce, avec l’appui, bien sûr des politiques civilisateurs mais aussi…des religieux anglicans. Joli non ?

    Les Chinois ont de la mémoire certes…mais, mais, mais... pas plus prévoyants que nous quant à l’avenir.

    A force de coloniser les pays pauvres, dont nous déjà, et de mettre le monde en coupe réglée, ils vont avoir le retour du bâton.

    Lequel?

    La mémoire, ils ne sont pas les seuls à en avoir.

    Le destin, appelons-le ainsi, a, lui, plus d’un tour dans son sac.

    Patience.

     

    Maurice CARON

     

    (1)     Y compris le ‘’Canard enchaîné qui n’aime cette ‘’engeance’’, trop religieuse à son goût.

    Il se garde bien de demander leur avis à ces petites gens qu’il voue aux gémonies…alors qu’il le fait, prudent mais pas téméraire, quand il s’agit de trop hauts personnages.